15 janvier 2021

Tout s’explique

Les conséquences des restrictions sanitaires sur les étudiants

Quelles annonces le gouvernement a-t-il faites concernant l’éducation ?

La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a annoncé hier soir la reprise dans les locaux des universités de l’enseignement en travaux dirigés en demi-groupe pour les étudiants de première année à compter du 25 janvier. Il s’agit d’une « nouvelle étape » pour « permettre aux étudiants de renouer le contact » avec les enseignants, a-t-elle souligné. Le protocole sanitaire dans l’enseignement supérieur impose que les formations soient données à distance pour la quasi-intégralité des étudiants depuis le second confinement, fin octobre. Pour l’enseignement primaire et secondaire, où les cours sont majoritairement maintenus dans les établissements, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé hier soir un renforcement du protocole sanitaire dans les cantines et la suspension jusqu’à nouvel ordre des activités physiques scolaires et extrascolaires en intérieur.

Quelles sont les inquiétudes sur la santé mentale des étudiants ?

Le gouvernement travaille à la mise en place d’un « chèque santé mentale » pour permettre aux étudiants de bénéficier gratuitement de consultations de psychologues, a rapporté ce matin le syndicat étudiant Unef, après une concertation avec le Premier ministre, Jean Castex, et des présidents d’université et responsables syndicaux. Comme d’autres syndicats étudiants, l’Unef s’inquiète depuis plusieurs semaines de « la détresse mentale » de nombreux étudiants. La Conférence des présidents d’université, une association qui rassemble des dirigeants d’établissement, a souligné mardi le « besoin de lien social » et « de perspectives » des étudiants, en réaction à la tentative de suicide d’un étudiant à Lyon le week-end dernier. Un tiers des étudiants ont présenté des signes de détresse psychologique pendant le premier confinement, selon une enquête publiée en septembre par l’Observatoire national de la vie étudiante, un organisme de recherche.

Quelles sont les conséquences des restrictions sur la vie étudiante ?

Le premier confinement, au printemps, a entraîné « l’aggravation de situations de précarité ou de décrochage universitaire » des étudiants, selon l’enquête de l’Observatoire national de la vie étudiante. Cet observatoire précise qu’un tiers des étudiants qui exerçaient une activité rémunérée ont dû l’interrompre, subissant ainsi une perte de revenus. La formation à distance a également révélé de « nouvelles inégalités » numériques entre les étudiants qui disposent d’un ordinateur personnel, d’une bonne connexion internet, d’un environnement calme et les autres, selon l’enquête. Une commission d’enquête de l’Assemblée nationale a demandé mi-décembre une évaluation de l’efficacité pédagogique de l’enseignement à distance. Un collectif d’universitaires, de professeurs et d’étudiants s’est alarmé d’un risque « réel d’un décrochage massif » en raison de la formation à distance, dans une tribune publiée dans Le Monde fin décembre.

POUR ALLER PLUS LOIN