Encyclopédie utopique. Wikipédia fêtait ses 20 ans hier. Un documentaire diffusé sur Arte revient sur la création de cette encyclopédie en ligne qui rend accessible la connaissance partout dans le monde, gratuitement. Des bénévoles qui alimentent le site racontent pourquoi ils ont rejoint le projet. Le documentaire revient également sur les critiques dont Wikipédia fait l’objet, par exemple sur la sous-représentation des femmes ou des cultures non occidentales.

Sens suspendu. Alors que tous les messages de son père sont ponctués par des points de suspension de plus en plus longs et presque aussi nombreux que les mots, la productrice Géraldine Mosna-Savoye s’interroge dans sa courte chronique « Carnet de philo » sur France Culture sur ce qu’ils signifient. Elle raconte la subtilité de ces points qui laissent leurs interlocuteurs suspendus à un sens, en raison peut-être de difficultés à s’exprimer de leurs utilisateurs ou parce que ceux-ci espèrent que la connivence remplira le vide ainsi créé.

Portraits révolutionnaires. La révolution populaire du Printemps arabe a débuté le 14 janvier 2011. 10 ans plus tard, la Radio télévision suisse s’intéresse au parcours des personnes qui s’y sont investies. À grand renfort de dessins, de témoignages audio et vidéo, l’article dresse le portrait de Nadia Khiari, dessinatrice du chat Willis from Tunis qui lui a permis de donner un point de vue satirique sur les événements, et de Shams Radhouani, encore étudiante lors de la révolution, devenue depuis une enseignante qui se bat pour l’émancipation des femmes tunisiennes.

En wagon, citoyens. Il existe en France 20 000 km de voies ferrées qui ne sont plus exploitées. Pour répondre à l’enclavement de certains territoires, des citoyens ont créé la coopérative Railcoop, qui rêve de remettre des trains sur la ligne Bordeaux-Lyon, progressivement abandonnée. Un reportage d’Envoyé spécial (à partir de la 50e minute) raconte ce pari en suivant ses coopérateurs jusqu’en République tchèque, à la recherche de wagons d’occasion.