27 janvier 2021

Tout s'explique

L’impact de la crise du Covid-19 sur l’emploi

Comment a évolué le nombre de demandeurs d’emploi en 2020 ?

Le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A de Pôle emploi) a augmenté de 7,5 % en 2020 en France (hors Mayotte), selon les chiffres publiés aujourd’hui par la Dares, le service des statistiques du ministère du Travail. Il est passé de 3,55 millions fin 2019 à 3,82 millions fin 2020. Cette augmentation du nombre d’inscrits à Pôle emploi sans aucune activité a principalement eu lieu au deuxième trimestre 2020, sous l’effet des mesures sanitaires prises pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. La situation s’est inversée aux troisième et quatrième trimestres. Une partie des personnes qui ont alors quitté la catégorie A sont tout de même restées inscrites à Pôle emploi, car elles n’ont retrouvé qu’une activité réduite. Avant la crise sanitaire, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité était en baisse quasi constante depuis le quatrième trimestre 2015, passant de 3,84 millions à 3,55 millions en quatre ans.

Quels sont les secteurs les plus touchés ?

Au premier semestre 2020, l’institut national de statistiques Insee a comptabilisé 697 100 destructions d’emplois salariés dans le secteur privé, principalement dans l’industrie, la construction et le tertiaire marchand qui comprend les transports, le commerce, l’hébergement-restauration ou encore les services rendus aux entreprises. Ces destructions d’emploi n’ont été que partiellement compensées par les créations nettes d’emplois enregistrées au troisième trimestre (401 100). L’OFCE, le centre de recherche en économie de Sciences Po, estime dans une note publiée en juillet que le mécanisme du chômage partiel, qui a permis aux entreprises confrontées à une réduction d’activité durable de diminuer le temps de travail de leurs employés sans les licencier, « a été une arme efficace pour permettre de sauver, au moins transitoirement, la grande majorité des emplois qui auraient été potentiellement détruits ».

Quel impact a eu la crise du Covid-19 sur l’emploi dans le monde ?

L’épidémie de Covid-19 a entraîné des « perturbations massives dans le monde du travail », estime l’Organisation internationale du travail (OIT), une agence de l’ONU, dans un rapport publié lundi. Selon elle, 8,8 % des heures de travail au niveau mondial ont été perdues en 2020 par rapport à la fin de l’année 2019, soit environ quatre fois plus que l’année suivant la crise financière de 2008. L’OIT estime ainsi que 81 millions de personnes sont devenues inactives en 2020 et 33 autres millions sont désormais au chômage. Les femmes ont davantage perdu leur emploi que les hommes (5 %, contre 3,9 % des hommes) et les 15-24 ans sont particulièrement concernés (8,7 %, contre 3,7 % des plus de 25 ans). Les régions du monde les plus touchées sont l’Amérique latine et les Caraïbes, l’Europe du Sud (Espagne, Italie, Grèce, Portugal) et l’Asie du Sud. Guy Ryder, directeur général de l’OIT, déclare craindre une reprise économique « teintée d’inégalités grandissantes et d’une instabilité croissante, ouvrant la voie à de nouvelles crises ».

POUR ALLER PLUS LOIN