29 janvier 2021

Tout s’explique

Affrontement entre petits actionnaires et fonds spéculatifs

Comment des internautes ont-ils infligé des pertes à de grands fonds spéculatifs ?

Le cours de l’action du distributeur de jeux vidéo GameStop augmentait fortement cet après-midi à la Bourse de New York (+ 74 % à 18h par rapport à la clôture hier). Ce titre est au centre d’un affrontement boursier entre des petits actionnaires qui se coordonnent sur des plateformes de discussion en ligne et de grands fonds d’investissement spéculatifs. Propriétaire des magasins Micromania en France, GameStop connaît des difficultés face à ses concurrents en ligne. Plusieurs fonds spéculatifs ont misé sur une baisse du cours de l’action de l’entreprise (« short sell » ou « vente à découvert »). En réaction, les membres d’un espace de discussion sur le site américain Reddit ont décidé de s’encourager mutuellement à acheter des titres GameStop pour en faire augmenter le cours et nuire aux fonds spéculatifs. Mis en difficulté par la forte hausse de l’action, passée d’environ 40 à plus de 350 dollars en cinq jours, le fonds Melvin Capital a dû mettre fin mercredi à son opération de vente à découvert, au prix d’une lourde perte sur l’opération.

Qu’est-ce que la vente à découvert ?

Le principe de base d’un investissement en bourse est de miser sur la hausse des actions, mais parier sur leur baisse est aussi possible. La vente à découvert consiste à emprunter des actions à un courtier pour les vendre, dans l’objectif de les racheter plus tard à un prix qui aura baissé pour les lui rendre. Ainsi, l’investisseur qui estime que l’action de la société X, actuellement à 20 euros, va baisser peut emprunter 1 000 actions X pour les vendre à 20 euros et recevoir ainsi 20 000 euros ; si l’action X tombe à 16 euros, il pourra en acheter 1 000 pour la somme de 16 000 euros ; son bénéfice sera alors de 4 000 euros, dont il devra déduire les frais d’emprunt des actions initiales auprès du courtier. Cependant, si le cours augmente, « votre risque potentiel est infini », prévient le site de courtage en ligne IG. « Dans la mesure où vous avez emprunté ces actions, votre courtier peut vous demander de les restituer » et vous devrez alors les acheter au cours qu’elles ont atteint.

Comment réagissent les autorités ?

L’organisme de contrôle des marchés financiers aux États-Unis a annoncé mercredi qu’il était en train d’« évaluer la situation » sur la forte volatilité du titre GameStop et ceux d’autres entreprises telles que la chaîne de cinémas AMC et le fabricant de téléphones BlackBerry auxquels des petits actionnaires ont décidé d’appliquer la même stratégie. Brad Bennett, ancien responsable d’un organisme de régulation des entreprises financières aux États-Unis, a déclaré au Wall Street Journal qu’il était « difficile de voir une infraction » dans les échanges en ligne, tant que n’étaient pas divulguées d’informations confidentielles. Plusieurs applications permettant à des particuliers d’investir en bourse, comme Robinhood, ont bloqué hier la possibilité d’acheter des titres de GameStop, AMC ou BlackBerry. Si Robinhood a ensuite annoncé qu’elle autorisait de nouveau ces achats en quantités limitées, des parlementaires démocrates et républicains ont réclamé des enquêtes sur ces blocages.

POUR ALLER PLUS LOIN