• RussiePour le deuxième week-end d’affilée, des manifestations ont eu lieu hier en Russie contre l’incarcération le 17 janvier de l’opposant Alexeï Navalny. Plus de 5 600 personnes ont été arrêtées dans près d’une centaine de villes, selon l’ONG de défense des droits humains OVD-Info. Face à la répression de l’opposition en Russie, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a déclaré ce matin sur France Inter que la France était favorable à un abandon du projet russe de gazoduc vers l’Europe Nord Stream 2.

    Lire nos explications de lundi dernier sur la situation en Russie.
  • VaccinLa présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé hier que le laboratoire britannique AstraZeneca livrerait à l’Union européenne 9 millions de doses de plus au premier trimestre que ce qu’il avait proposé la semaine dernière. L’UE attend donc désormais 40 millions de doses d’ici fin mars, ce qui reste inférieur de moitié à ce qui était prévu dans le contrat passé avec le laboratoire, selon l’agence de presse Reuters.

  • ItalieLe gouvernement italien a assoupli aujourd’hui les mesures sanitaires contre le Covid-19 dans la plupart des régions du pays. Les bars et restaurants peuvent y accueillir des clients jusqu’à 18h et les musées y sont de nouveau ouverts en semaine. L’Italie a enregistré la semaine dernière un peu plus de 200 cas de contamination par jour en moyenne pour 1 million d’habitants, contre un peu plus de 300 cas en France.

  • RestaurantsLe ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a déclaré ce matin sur RTL que les restaurateurs qui accueilleraient des clients en dépit de l’interdiction d’ouverture décidée pour cause de crise sanitaire ne bénéficieraient plus du fonds de solidarité pendant un mois. Il a ajouté que ceux qui récidiveraient seraient définitivement privés de ce dispositif d’aide aux entreprises.

  • Sécurité routièreTestée depuis cinq ans sur certaines routes des huit départements d’Île-de-France, des Bouches-du-Rhône, de Gironde et du Rhône, la circulation des deux-roues motorisés entre des files de véhicules a pris fin hier. Cette pratique est donc désormais interdite partout en France. La Délégation à la sécurité routière, qui dépend du ministère de l’Intérieur, constate que l’expérimentation a davantage montré une augmentation des accidents qu’une diminution et envisage une nouvelle expérimentation « avec des règles adaptées ».

    Lire les explications du ministère sur l’expérimentation.