3 février 2021

Tout s’explique

Des annonces pour accélérer la vaccination contre le Covid-19

Quelles sont les annonces sur la production de vaccins en France ?

Emmanuel Macron a annoncé hier soir sur TF1 que quatre sites français allaient produire les vaccins contre le Covid-19 autorisés par les autorités sanitaires. Deux de ces sites appartiennent à des entreprises françaises, dont Sanofi, et les deux autres à des entreprises étrangères. Cette annonce intervient alors que les laboratoires Pfizer et BioNTech, AstraZeneca et Moderna connaissent tous des retards de livraison de leur vaccin. La ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, Agnès Pannier-Runacher, a précisé aujourd’hui sur RTL que cette production débuterait en mars pour le vaccin développé par Moderna, en avril pour celui de Pfizer et BioNTech, puis en mai pour celui du laboratoire allemand CureVac s’il est autorisé par la Commission européenne. Trois de ces collaborations avaient déjà été annoncées, dont celle de Sanofi avec Pfizer et BioNTech qui doit débuter cet été.

Où en est la campagne de vaccination en France et en Europe ?

Ce lundi un peu plus de 1,5 million de doses de vaccin contre le Covid-19 avaient été administrées en France (soit 2,37 doses pour 100 personnes) et 67 993 personnes avaient reçu les deux doses nécessaires, selon les données de Santé publique France, un organisme dépendant du ministère de la Santé. Le rythme de la campagne de vaccination française a ralenti au cours des neuf derniers jours, passant d’environ 88 000 personnes vaccinées quotidiennement en moyenne sur sept jours le 24 janvier à moins de 66 000 ce lundi. Emmanuel Macron a affirmé hier que « pour tous les adultes qui le souhaiteront, nous serons en mesure de leur proposer un vaccin avant la fin de l’été ». En Allemagne, 3,1 doses de vaccin contre le Covid-19 pour 100 personnes avaient été administrées au 1er février, contre 3,5 en Italie et 3,6 en Espagne, selon la base de données britannique Our World in Data. Au Royaume-Uni, où la campagne de vaccination a débuté trois semaines avant l’Union européenne, 14,9 doses pour 100 personnes ont été administrées.

Pourquoi le vaccin d’AstraZeneca n’est-il pas recommandé en France pour les plus de 65 ans ?

La Haute Autorité de santé, une autorité publique indépendante, a recommandé hier l’utilisation du vaccin du laboratoire britannique AstraZeneca, mais limitée aux moins de 65 ans. Elle a déploré un manque de données chez les 65 ans et plus. L’Agence européenne des médicaments, chargée de l’évaluation des médicaments dans l’UE, n’avait pas fixé de limite d’âge dans sa recommandation de mise sur le marché vendredi. Les autorités sanitaires de plusieurs pays, comme l’Allemagne, la Suède, l’Italie et la Pologne, ont également recommandé ces derniers jours de privilégier d’autres vaccins que celui d’AstraZeneca pour les plus âgés. La semaine dernière, le PDG d’AstraZeneca, Pascal Soriot, a reconnu auprès du quotidien allemand Die Welt que les essais cliniques menés par son laboratoire avec l’université d’Oxford s’étaient d’abord portés sur des personnes de 18 à 55 ans, mais il a affirmé avoir des données « montrant une très forte production d’anticorps contre le virus chez les plus âgés ».

POUR ALLER PLUS LOIN

L’interview du dirigeant d’AstraZeneca dans Die Welt (en anglais).