• Covid-19Des experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une agence de l’ONU, ont estimé aujourd’hui que le vaccin contre le Covid-19 développé par AstraZeneca peut être administré aux plus de 65 ans. Les autorités sanitaires de plusieurs pays, dont la France, ont recommandé ces derniers jours de privilégier d’autres vaccins que celui d’AstraZeneca pour les plus âgés, en raison d’un manque de données quant à son efficacité chez ces derniers.

  • MarsLa sonde chinoise Tianwen-1 s’est mise en orbite autour de Mars cet après-midi, a rapporté l’agence de presse Chine nouvelle. La sonde va désormais cartographier la planète afin d’y déployer ultérieurement un véhicule d’exploration. Hier, une sonde des Émirats arabes unis s’est également placée en orbite autour de Mars, une première pour un pays arabe. Cette sonde est dédiée à l’étude de l’atmosphère martienne.

    Lire les enjeux de ces missions spatiales dans Les Échos.
  • DestitutionLe procès de l’ancien président des États-Unis Donald Trump dans le cadre d’une procédure de destitution s’est ouvert hier soir au Sénat américain. Donald Trump est accusé d’avoir incité ses partisans à l’insurrection, en les encourageant à manifester devant le siège du Parlement, prélude à l’invasion du bâtiment et à des violences le 6 janvier.

    Lire notre article sur la seconde procédure de destitution visant Donald Trump.
  • CyberattaqueLe parquet de Paris, qui dispose d’une compétence nationale en cybercriminalité, s’est saisi aujourd’hui de l’enquête sur une cyberattaque qui vise depuis hier le centre hospitalier de Dax (Landes). « Les données n’ont pas été volées », mais elles « ne sont plus accessibles », a précisé hier la directrice adjointe de l’hôpital à Sud Ouest, évoquant une « situation grave ». Plusieurs hôpitaux ont été visés par des cyberattaques ces derniers mois.

  • Crimes sexuelsLe gouvernement s’est dit « favorable » hier soir à l’introduction dans la loi d’un nouveau crime pour pénaliser « tout acte de pénétration sexuelle commis par un majeur sur un mineur de 15 ans ». Le gouvernement souhaite toutefois que la mesure ne s’applique qu’à partir d’un écart d’âge de cinq ans entre les deux personnes « pour ne pas criminaliser une relation adolescente consentie » qui se poursuivrait « après la majorité du partenaire plus âgé ».

    Voir les autres pistes à l’étude sur le site de L’Express.