12 février 2021

Ça alors

La peine de mort remise en cause en cas de maladie mentale au Pakistan

La Cour suprême du Pakistan a commué la condamnation à mort de deux détenus souffrant de schizophrénie en peine de prison, dans un jugement rendu mercredi. « Nous estimons que si un détenu condamné, en raison d’une maladie mentale, se révèle incapable de comprendre » les raisons de sa condamnation, « l’exécution de la sentence ne répond pas aux fins de justice », a souligné la plus haute juridiction du pays. Elle précise que cette exemption pourra être accordée une fois qu’une commission médicale spécialisée aura examiné les facultés mentales du condamné à mort. En 2019, au moins 14 exécutions ont eu lieu au Pakistan et la justice pakistanaise a prononcé plus de 632 des 2 307 condamnations à mort recensées dans le monde cette année-là par l’ONG de défense des droits humains Amnesty International. Cela en fait l’un des pays qui prononcent le plus de peines capitales.