• ChômageLe taux de chômage en France (hors Mayotte) est descendu à 8 % de la population active au quatrième trimestre 2020, en recul de 1,1 point par rapport au troisième trimestre, selon les chiffres publiés aujourd’hui par l’institut national de statistiques Insee. L’Insee note que cette baisse est pour partie « en trompe-l’œil », car en raison du deuxième confinement cet automne de nombreuses personnes ne sont pas comptabilisées faute d’avoir pu « réaliser des recherches actives d’emploi dans les conditions habituelles ».

    Lire l’étude de l’Insee.
  • VaccinL’Organisation mondiale de la santé (OMS), une agence de l’ONU, a annoncé hier soir avoir accordé son homologation d’urgence à deux versions du vaccin du laboratoire AstraZeneca fabriquées en Corée du Sud et en Inde. Cette homologation, qui sert aux pays ne pouvant pas déterminer eux-mêmes l’efficacité d’un vaccin, doit permettre aux « pays n’ayant pas actuellement accès aux vaccins de commencer à vacciner leur personnel de santé et leur population à risque », selon l’OMS.

  • Sahel« Des évolutions sans doute significatives seront apportées à notre dispositif militaire au Sahel en temps voulu, mais elles n’interviendront pas dans l’immédiat », a déclaré aujourd’hui Emmanuel Macron. Il intervenait par visioconférence au deuxième jour du sommet du G5 Sahel, une coalition rassemblant le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad pour lutter contre le djihadisme dans la région.

    Lire notre article de novembre sur l’intervention française au Sahel.
  • IrakDes roquettes ont visé hier soir une base militaire dans laquelle sont stationnées des troupes américaines à Erbil, au Kurdistan irakien. Revendiquée par une milice chiite, l’attaque a tué un civil et blessé plusieurs membres de la coalition militaire dirigée par les États-Unis, selon le secrétariat d’État américain, l’équivalent du ministère des Affaires étrangères. La dernière attaque mortelle contre cette coalition avait fait trois morts en mars 2020.

  • AlgériePlusieurs milliers de personnes ont manifesté aujourd’hui à Kherrata, dans le nord de l’Algérie, pour célébrer le deuxième anniversaire du mouvement « Hirak », qui a conduit au départ du pouvoir du président algérien Abdelaziz Bouteflika en avril 2019. Les manifestants ont réclamé davantage de liberté d’expression et un désengagement de l’armée du pouvoir exécutif.