24 février 2021

Ça se chiffre

Hausse des violences contre les personnes dépositaires de l’autorité publique

En 2020, près de 35 500 faits de violence à l’encontre des personnes dépositaires de l’autorité publique ont été enregistrés en France par les services de police et de gendarmerie, selon le ministère de l’Intérieur. Ce chiffre a plus que doublé par rapport à 2000. Il est en légère baisse par rapport à 2019, l’année 2020 ayant été marquée par les restrictions sanitaires. Cette évolution statistique a plusieurs causes, explique à B‌r‌i‌e‌f‌.‌m‌e Mathieu Zagrodzki, chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales. Elle s’explique selon lui par un meilleur signalement des faits, « un raidissement des relations entre la population et les forces de l’ordre dans les quartiers sensibles » et par « un durcissement des opérations de maintien de l’ordre », particulièrement lors des manifestations. Le ministère de l’Intérieur ne précise toutefois pas quelle est la part des forces de l’ordre parmi les personnes dépositaires de l’autorité publique, qui comprennent aussi les magistrats ou bien encore les gardiens de prison, concernées par ces violences.