• RestrictionsEn déplacement à Stains (Seine-Saint-Denis), Emmanuel Macron a appelé aujourd’hui à « tenir » encore « quatre à six semaines » avant un assouplissement des restrictions sanitaires contre le Covid-19. Il répondait à l’interpellation d’un jeune homme qui lui demandait de repousser le couvre-feu à 19h.

    Consulter nos graphiques sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19.
  • BandesAprès deux décès lors d’affrontements entre des bandes d’adolescents la semaine dernière, les ministres de l’Éducation nationale, de l’Intérieur et de la Justice ont annoncé aujourd’hui qu’un plan de lutte contre les bandes serait adopté d’ici le 1er mai. Ils se sont inquiétés de la multiplication des affrontements, passés de 288 en 2019 à 357 en 2020, du très jeune âge des protagonistes (de 13 à 15 ans) et de « la tendance à la provincialisation du phénomène ».

  • MoselleLe ministère allemand de la Santé a annoncé hier que le département français de la Moselle serait classé à partir de demain comme zone de circulation d’un variant du coronavirus. Les personnes en provenance de ce département souhaitant entrer en Allemagne devront être en mesure de présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 48 heures.

  • BirmanieAu moins 18 personnes manifestant contre le coup d’État militaire du 1er février ont été tuées ce week-end en Birmanie, a déclaré hier le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, arrêtée par les militaires il y a un mois, a été inculpée pour deux nouveaux motifs, dont l’incitation aux troubles publics. Elle a commencé aujourd’hui à comparaître en justice par visioconférence.

    Lire notre article sur le pouvoir de l’armée en Birmanie.
  • NigeriaLe gouverneur de l’État du Nigeria dans lequel 27 élèves et 15 adultes avaient été enlevés par des hommes armés le 17 février a annoncé samedi qu’ils avaient été libérés. Les responsables d’un autre État du Nigeria dans lequel 317 adolescentes ont été enlevées la semaine dernière ont déclaré aujourd’hui que des négociations étaient en cours avec leurs ravisseurs pour obtenir leur libération.