• Assurance chômageÀ l’issue d’une séance de concertation avec le ministère du Travail, les syndicats de salariés ont déclaré aujourd’hui que la réforme de l’assurance chômage entrerait partiellement en vigueur le 1er juillet. Elle consistera d’abord en une modification du mode de calcul des allocations chômage. Une deuxième étape, prévue au plus tôt au 1er octobre, durcira les conditions d’ouverture des droits à une indemnisation.

  • PédocriminalitéLe président de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église, Jean-Marc Sauvé, a déclaré aujourd’hui que le nombre de victimes pourrait atteindre « au moins 10 000 » depuis les années 1950. En juin, cette commission avait estimé, après avoir analysé les résultats d’un appel à témoignages lancé mi-2019, qu’il y avait eu « au moins 3 000 » victimes. Elle doit rendre le résultat de ses travaux fin septembre.

  • Covid-19L’Agence régionale de santé des Hauts-de-France, chargée localement de l’application de la politique de santé publique, a annoncé aujourd’hui que deux patients avaient été transférés vers la Normandie en raison d’un afflux trop important de malades du Covid-19 à l’hôpital de Dunkerque. L’agglomération dunkerquoise est soumise depuis samedi à un confinement les week-ends pour faire face à une forte augmentation des cas de contamination.

  • DanoneLe conseil d’administration du groupe agroalimentaire Danone a voté hier soir la dissociation des postes de président et directeur général. Son PDG, Emmanuel Faber, doit conserver la présidence de l’entreprise, mais céder les fonctions exécutives à un directeur général qui reste à nommer. Sa stratégie et ses résultats étaient critiqués par deux fonds d’investissement actionnaires du groupe.

    Lire un portrait d’Emmanuel Faber par France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.
  • NigeriaLe gouverneur de l’État du Nigeria où près de 300 adolescentes avaient été enlevées la semaine dernière a annoncé aujourd’hui leur libération. Le quotidien nigérian Leadership a recensé au moins sept attaques contre des établissements éducatifs dans le pays en 2020. Les groupes criminels qui s’y livrent réclament ensuite des rançons pour libérer leurs otages.