15 mars 2021

Tout s'explique

Emmanuel Faber évincé de son poste de PDG de Danone

Que s’est-il passé au sein de Danone ?

Le conseil d’administration du groupe agroalimentaire Danone a annoncé ce matin avoir « mis fin aux fonctions d’Emmanuel Faber comme président-directeur général ». Deux fonds d’investissement actionnaires du groupe français réclamaient son départ. Le président du fonds londonien Bluebell Capital, déclarait dans une interview au Monde fin février, qu’il fallait « laisser partir M. Faber », car « depuis sa prise de fonctions en tant que directeur général, en 2014, Danone délivre des résultats plus faibles que ceux de ses grands concurrents, Nestlé ou Unilever ». Le 1er mars, le conseil d’administration avait déjà voté la dissociation des fonctions de président et de directeur général, une mesure demandée par ce fonds. La décision prévoyait qu’un directeur général soit recruté. Dans une lettre du 3 mars, le fonds américain Artisan Partners souhaitait le départ d’Emmanuel Faber pour que le futur directeur général ait « la latitude nécessaire pour mettre en place une nouvelle orientation ».

Qu’est-ce qu’un fonds activiste ?

Les fonds activistes, comme Bluebell Capital et Artisan Partners, sont des groupements d’investisseurs qui « cherchent à infléchir la stratégie des entreprises qu’ils jugent peu performantes en prenant une participation minoritaire à leur capital », explique dans le site The Conversation le professeur de finance Michel Albouy. Leur objectif est d’améliorer les résultats financiers et de faire ainsi remonter le cours de l’action de l’entreprise afin de réaliser une plus-value à la revente. Les fonds activistes ont tendance à cibler plus souvent les sociétés ayant un fort engagement en matière de responsabilité sociale des entreprises, c’est-à-dire celles qui intègrent ces préoccupations à leur activité en vue du bien commun, assurent dans une étude publiée en 2020 les professeurs en stratégie d’entreprise Rodolphe Durand, Mark DesJardine et Emilio Marti. Selon eux, ces fonds considèrent ces engagements sociaux et environnementaux comme « inutiles », car empêchant les actionnaires de maximiser leurs intérêts à court terme.

Qu’est-ce qu’une entreprise « à mission » ?

Danone a été la première entreprise cotée en bourse à devenir une « société à mission ». Ce statut juridique, introduit en 2019 par la loi Pacte sur la croissance et la transformation des entreprises, permet d’inscrire dans les statuts d’une entreprise une « raison d’être » et des objectifs sociaux, sociétaux et environnementaux, qui constituent sa mission. Danone, qui emploie plus de 100 000 personnes, s’est fixé comme raison d’être d’« apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre » et poursuit quatre objectifs en lien avec la santé, l’environnement, l’inclusion et l’écoute des salariés. Des contrôles doivent être effectués par un organisme indépendant pour suivre l’exécution des missions et l’entreprise risque de perdre son statut si elle n’atteint pas ses objectifs. La finalité de cette mesure est de concilier intérêt général, contribution sociétale et recherche de profit. L’Observatoire des entreprises à mission, issu d’une association qui vise à promouvoir ce modèle, recense sur son site 143 sociétés ayant choisi cette forme juridique.

POUR ALLER PLUS LOIN

Nos explications sur la fonction de PDG.