19 mars 2021

Tout s’explique

16 départements placés en confinement

Qu’a annoncé le gouvernement ?

Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé hier soir le placement en confinement de 16 départements pour « au moins quatre semaines » à partir de minuit ce soir. Il s’agit de ceux d’Île-de-France, ceux des Hauts-de-France, l’Eure, la Seine-Maritime et les Alpes-Maritimes (voir la carte). Les écoles et les collèges y resteront ouverts et tous les lycées devront passer en demi-jauge. Seuls les commerces vendant des « biens et services de première nécessité », une notion étendue aux librairies et aux salons de coiffure, pourront rester ouverts. Les promenades et l’activité physique seront possibles dans un rayon de 10 kilomètres avec une attestation, mais sans limite de durée. Pour les habitants des départements placés en confinement, les déplacements entre régions seront interdits « sauf motif impérieux ou professionnel », a précisé Jean Castex. Dans tous les départements français, le couvre-feu passera samedi de 18h à 19h pour tenir compte du passage à l’heure d’été le 28 mars.

Quelle est la situation des services de réanimation ?

Les régions Hauts-de-France et Île-de-France, qui vont être placées en confinement, font face à une saturation des services de réanimation de leurs hôpitaux. Le taux d’occupation des lits était respectivement hier de plus de 116 % et de près de 105 %, selon les chiffres du ministère de la Santé. « Il était illusoire de croire qu’en déplaçant des malades en réanimation, on pouvait éviter un confinement en Île-de-France », estime l’épidémiologiste Dominique Costagliola dans un entretien publié aujourd’hui par L’Express. Le taux d’occupation des lits de réanimation est de 84 % au niveau national. Près de 4 250 personnes étaient en réanimation en France hier, soit autant que le 5 novembre dernier, une semaine après le début du deuxième confinement national. Avec l’aide de la campagne de vaccination, la mortalité est en net recul dans les Ehpad (voir nos graphiques), mais elle ne permet pas de réduire significativement l’engorgement des services de réanimation, car les plus âgés y étaient minoritaires.

Que sait-on de la contamination en extérieur ?

« Tout ce qu’on peut faire dehors, il faut le faire dehors », a déclaré aujourd’hui le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur RTL. « L’analyse de plus de 10 000 contacts uniques extra-domiciliaires à l’origine d’une infection montre que ce contact a eu lieu à l’intérieur fenêtres fermées dans 80 % des cas, à l’intérieur fenêtres ouvertes dans 15 % des cas, et à l’extérieur dans 5 % des cas », notait début mars l’Institut Pasteur. L’étude de cet institut spécialisé dans les maladies infectieuses met en avant le rôle des réunions en famille ou entre amis et du travail en bureaux partagés comme circonstances de transmission du virus, en particulier le moment des repas. En novembre, une analyse de plusieurs études scientifiques menée par des chercheurs américains a également conclu que les contaminations au Covid-19 analysées s’étaient produites à l’extérieur dans moins de 10 % des cas. Ces contaminations étaient plus fréquentes lorsque les mesures barrières n’avaient pas été respectées.

POUR ALLER PLUS LOIN

L’étude de l’Institut Pasteur sur les lieux de contamination.

Un outil pour calculer le rayon de 10 kilomètres autour de chez soi sur Cascoronavirus.