25 mars 2021

Tout s'explique

Incertitude après les résultats des législatives en Israël

Quels sont les principaux résultats des élections législatives en Israël ?

Le Likoud, le parti du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a remporté 30 des 120 sièges de la Knesset, le Parlement israélien, lors des élections législatives organisées mardi, selon des résultats définitifs publiés aujourd’hui. Aucune majorité claire au Parlement ne se détache à l’issue du scrutin. Pour obtenir la majorité, le Likoud comptait sur les deux partis ultra-orthodoxes qui le soutiennent habituellement, ainsi que sur un regroupement de trois partis d’extrême droite dont l’un suit une ligne anti-LGBT. Deux de ces partis d’extrême droite vont ainsi faire leur entrée au Parlement, leur regroupement ayant réuni six sièges. Le bloc du Likoud n’atteint toutefois que 52 sièges. Le bloc des opposants à Benjamin Netanyahou en compte 57. Restent deux formations dont la position demeure incertaine : Yamina (sept sièges), dirigée par un ancien membre du Likoud, et Ra’am, un parti islamiste.

Sur quels thèmes Benjamin Netanyahou a-t-il fait campagne ?

Benjamin Netanyahou a fait campagne en mettant en avant la réussite de la campagne de vaccination contre le Covid-19. Près de 54 % de la population israélienne est entièrement vaccinée, loin devant les autres pays, selon la base de données britannique Our World in data. Le Premier ministre, en poste depuis 2009, a souligné sa capacité à négocier directement avec le dirigeant de Pfizer, le laboratoire américain qui a lancé avec l’allemand BioNTech le premier vaccin contre le Covid-19. Alors que ses opposants insistaient sur ses inculpations dans plusieurs affaires judiciaires, Benjamin Netanyahou a vanté son envergure internationale. « Il a réussi à convaincre les Israéliens que seul lui au sein de la classe politique avait la capacité de permettre à Israël de nouer ou renouer des relations diplomatiques avec des dizaines d’États, dont des États arabes », estime dans 20 Minutes Frédéric Encel, maître de conférences en questions internationales à Sciences Po.

Pourquoi Israël connaît-il une telle instabilité politique ?

Ces élections législatives sont les quatrièmes qu’Israël organise en quatre ans. La dernière coalition gouvernementale, avait été conclue en mai entre le Likoud et la formation centriste Bleu et Blanc, pour gérer la crise du Covid-19. Un désaccord sur le budget a mis fin à cette entente en décembre. Sur les 23 législatures qu’a connues la Knesset depuis sa création en 1949, seules sept sont allées à leur terme, c’est-à-dire au bout des quatre ans de mandat des députés. La Knesset peut être dissoute par le Premier ministre, mais également par le vote des députés eux-mêmes. Or le mode de scrutin, à la proportionnelle, favorise la présence d’un grand nombre de formations politiques au Parlement. Il oblige ainsi à nouer des coalitions, souvent fragiles, en particulier à l’approche des élections. Dans la plupart des cas de dissolution avant la fin de la législature, celle-ci a eu lieu au cours de la dernière année (voir une infographie de 2015).

POUR ALLER PLUS LOIN

La proportion de personnes vaccinées contre le Covid-19 par pays sur Our World in data.