• PédocriminalitéLa Conférence des évêques de France, une instance qui réunit les plus hauts représentants de l’Église catholique, a annoncé aujourd’hui plusieurs mesures face à la pédocriminalité dans ses rangs. L’une des résolutions adoptées prévoit qu’une « contribution financière » sera « versée à chaque personne victime qui la sollicitera pour faire face aux frais nécessaires à sa reconstruction », selon ses besoins et « dans la limite d’un plafond à déterminer ».

  • ÉcoleLe ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé aujourd’hui la fermeture de classe dès le premier cas de contamination au Covid-19, pour tous les niveaux scolaires, dans les 19 départements sous restrictions renforcées, à compter de la semaine prochaine. 148 établissements scolaires (soit 0,24 % de l’ensemble) ainsi que 3 250 classes d’autres établissements étaient fermés hier, selon le ministère.

  • DéficitLe déficit public pour 2020 s’élève à 211,5 milliards d’euros, soit 9,2 % du produit intérieur brut (PIB), la production totale de biens et services, après 3,1 % en 2019, selon une note de l’institut national de statistiques Insee publiée ce matin. L’augmentation du déficit est liée à une baisse des recettes fiscales, affectées par la crise du Covid-19, et à une hausse des dépenses de l’État pour y faire face.

    Lire la note de l’Insee.
  • AllemagneLe gouvernement allemand a placé aujourd’hui toute la France en « zone à haut risque » en raison du niveau de circulation du Covid-19 et non plus seulement le département de la Moselle. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré aujourd’hui sur Franceinfo que cette décision impliquait l’obligation pour les voyageurs en provenance de France de présenter un test PCR pour entrer en Allemagne et qu’une période de « quarantaine » était « conseillée ».

    Voir nos graphiques sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en France.
  • ÉthiopieLe Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a annoncé aujourd’hui que le gouvernement de l’Érythrée s’était engagé à retirer ses troupes de la région éthiopienne du Tigré. L’armée éthiopienne a lancé en novembre une offensive contre les autorités de cette région, opposées au pouvoir central, et l’armée érythréenne est également intervenue contre les Tigréens.

    Lire notre article de février sur les accusations de crimes de guerre contre l’Érythrée.