• MozambiqueLe groupe État islamique a annoncé aujourd’hui avoir pris le contrôle de la ville de Palma, dans le nord-est du Mozambique. Son offensive a provoqué la mort de plusieurs dizaines de civils, a déclaré hier un porte-parole des forces de sécurité du pays. Palma se situe à proximité du chantier de construction d’une vaste usine de gaz naturel liquéfié du groupe pétrolier et gazier français Total.

    Voir la carte de l’AFP.
  • NavigationLe porte-conteneurs échoué depuis mercredi dans le canal de Suez et qui y bloquait le passage des navires a été remis à flot aujourd’hui, permettant la reprise prochaine du trafic. Ce matin, 367 navires étaient bloqués dans le canal, à son entrée ou à sa sortie, selon un décompte de Leth Agencies, une entreprise spécialisée dans les services maritimes.

  • BirmanieAu moins 107 personnes, dont sept enfants, ont été tuées par les forces armées birmanes samedi alors qu’elles participaient à des rassemblements contre le coup d’État militaire du 1er février, selon des chiffres communiqués hier par l’ONU. Il s’agit du plus lourd bilan depuis le début des manifestations contre le coup d’État.

  • SlovaquieLe Premier ministre slovaque, Igor Matovic, a annoncé hier sa démission. Il gouvernait le pays depuis un an à la tête d’une coalition allant du centre à l’extrême droite. Plusieurs personnalités de sa coalition avaient critiqué ce mois-ci sa décision d’importer des doses du vaccin russe anti-Covid-19 Spoutnik V sans les consulter et sans attendre que le vaccin obtienne une autorisation de mise sur le marché dans l’UE.

  • RwandaLa commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsis en 1994 a remis vendredi soir à Emmanuel Macron le rapport qu’il lui avait commandé en 2019. Elle y pointe des « responsabilités accablantes » de la France en estimant que « les autorités françaises ont fait preuve d’un aveuglement continu dans leur soutien à un régime raciste, corrompu et violent ».

    Lire le rapport.
  • MuséeLa ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a annoncé aujourd’hui que le nom de Valéry Giscard d’Estaing, président de la République de 1974 à 1981, décédé le 2 décembre, serait ajouté à la dénomination de l’établissement public du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie à Paris. Dans un communiqué, le ministère de la Culture note que la décision de dédier le musée d’Orsay aux arts du XIXe siècle « a relevé de l’action déterminante du Président Valéry Giscard d’Estaing ».

    Voir un diaporama sur le site du musée d’Orsay racontant l’histoire du bâtiment.