12 avril 2021

Tout s’explique

Accord pour le rachat de Suez par Veolia

Que prévoit l’accord conclu entre Suez et Veolia ?

Les entreprises françaises de gestion de l’eau et des déchets Suez et Veolia ont annoncé ce matin être parvenues à un accord de principe pour leur rapprochement. Suez s’opposait depuis l’an dernier aux offres de rachat de Veolia. En octobre dernier, Veolia a racheté auprès du groupe d’énergie Engie ses actions de Suez représentant 29,9 % du capital et a lancé en février une offre publique d’achat de 18 euros par action, une démarche jugée à l’époque « hostile » par Suez. Les deux entreprises se sont finalement mises d’accord sur un prix de 20,5 euros par action. L’accord de rachat doit être validé par les autorités française et européenne, qui doivent veiller à ce que la nouvelle entité n’entrave pas la concurrence. Pour obtenir leur aval, Suez et Veolia se sont entendues pour céder à des investisseurs une partie des actifs de Suez en France et à l’étranger.

Quelle est la finalité de ce rapprochement ?

Veolia ambitionne de devenir « le champion mondial de la transformation écologique » et de réaliser 37 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel, selon le communiqué qu’il a publié aujourd’hui. Le PDG de Veolia, Antoine Frérot, estimait auprès du journal Les Échos en août dernier que la Chine « a clairement repéré l’importance des métiers liés à la transition écologique, tant au niveau local que dans le monde. Nous anticipons par exemple que Beijing Capital Group sera notre futur grand concurrent à terme ». Les syndicats de Suez sont préoccupés par le rachat par Veolia, jugeant qu’il pourrait entraîner des suppressions de postes. Le secrétaire CGT du comité d’entreprise européen de Suez s’est inquiété auprès de l’AFP de l’avenir des activités de Suez cédées à des investisseurs. Il a estimé que « la pérennité des emplois par le développement de l’entreprise » n’était pas garantie.

Comment est gérée l’eau en France ?

Les collectivités territoriales gèrent le traitement et la distribution de l’eau. Elles peuvent choisir d’en déléguer la gestion à des entreprises privées. Depuis la fin du XIXe siècle, deux grands groupes dominent ce marché : la Compagnie générale des eaux (aujourd’hui Veolia) et la Lyonnaise des eaux (aujourd’hui Suez). Créée dans les années 1930, l’entreprise Saur les concurrence dans les communes rurales et le littoral. À partir des années 2000, certaines grandes villes comme Nice, Grenoble, Rennes et Paris ont décidé de reprendre la gestion de l’eau. Les municipalités passant en régie publique mettent en avant pour justifier ce choix l’existence de conflits avec les entreprises privées, en particulier sur les marges qu’elles pratiquaient, ainsi que leur volonté politique de considérer l’eau comme un bien commun. En 2019, 69 % de la population française est approvisionnée en eau potable via des entreprises privées, selon Vie-publique.fr, un site d’information dépendant des services du Premier ministre.

POUR ALLER PLUS LOIN

Une série de France Culture en quatre épisodes sur les débats autour de la gestion de l’eau.

Le récit des sept mois de tractations entre Suez et Veolia sur le site des Échos.