14 avril 2021

Ça se chiffre

Les mineurs dans la population carcérale

Un rapport mis en ligne la semaine dernière par le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), une autorité administrative indépendante, constate « une tendance générale à l’augmentation du nombre de mineurs privés de liberté » en France. Le rapport estime que cette hausse n’est pourtant pas due à une augmentation de la délinquance juvénile. « Le traitement de leur passage à l’acte fait l’objet d’une plus grande sévérité », écrivent les services du CGLPL. Ils relèvent en outre que 82 % des mineurs incarcérés au 1er janvier 2020 l’étaient au titre de la détention provisoire « alors qu’ils bénéficient de la présomption d’innocence ». Le CGLPL s’inquiète d’un manque de séparation entre les mineurs et les majeurs dans certains établissements pénitentiaires, qui peut les amener à « nouer des relations de dépendance, le plus souvent aggravées par des trafics, en particulier de tabac, de téléphone ou de produits stupéfiants ».