15 avril 2021

Tout s’explique

La filière vin durement touchée par un épisode de gel

Quels dégâts le gel a-t-il provoqués sur les vignes françaises ?

La FNSEA, le principal syndicat agricole, a annoncé hier soir à l’AFP qu’au moins un tiers de la production viticole française allait être perdue cette année à cause du gel, représentant une perte de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires. La FNSEA a confirmé aujourd’hui ces estimations à B‌r‌i‌e‌f‌.‌m‌e. 10 des 13 régions de France métropolitaine ont connu la semaine dernière un épisode de gel exceptionnel, après plusieurs jours de hausse des températures, qui a provoqué d’importants dégâts dans les cultures viticoles. Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a déclaré lundi qu’il s’agissait « probablement de la plus grande catastrophe agronomique de ce début de XXIe siècle ». Pour soutenir les viticulteurs, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé samedi que « tous les mécanismes de soutien » seraient activés et qu’un « dispositif supplémentaire financé par la solidarité nationale » serait prochainement mis en place.

À quelles difficultés la filière vin est-elle confrontée ?

Avant cet aléa climatique, la filière vin a été durement touchée par la crise sanitaire du Covid-19 et privée « de nombreux débouchés » avec « la fermeture des cafés et restaurants et la baisse des marchés à l’exportation », note le ministère de l’Agriculture sur son site. Pour y faire face, le gouvernement a mis en place en juin 2020 un plan de soutien de 250 millions d’euros. Les professionnels du secteur étaient par ailleurs pénalisés jusqu’à début mars par des taxes additionnelles sur plusieurs catégories de produits européens, dont le vin français, instaurées par les États-Unis depuis octobre 2019 dans le cadre d’un litige avec l’avionneur Airbus et l’Union européenne. Les exportations françaises de vins ont baissé de 11 % en valeur et de 5,6 % en volume en 2020 par rapport à 2019, en raison du Covid-19 et des tensions commerciales avec les États-Unis, selon un rapport publié en mars par FranceAgriMer, un établissement public dépendant du ministère de l’Agriculture.

Quel est le poids économique de la viticulture en France ?

La France compte 85 000 exploitations viticoles sur son territoire, représentant 250 000 emplois directs, selon FranceAgriMer. Si la surface des vignes compte seulement pour 3 % des surfaces agricoles françaises, la production de vin atteint 15 % de la production agricole en valeur, précise FranceAgriMer. En 2019, la France a produit 4,2 milliards de litres de vin, soit 17 % de la production mondiale, d’après le Cniv, une association rassemblant l’ensemble des interprofessions régionales françaises de la filière vin. Dans une tribune publiée en 2018 dans Le Monde, l’économiste français Jean-Marie Cardebat estimait que la spécialisation du vin français « dans le haut de gamme génère une forte valeur ajoutée » et que le secteur « crée des emplois là où ils ont disparu dans les campagnes et pour tous les niveaux de qualification ».

POUR ALLER PLUS LOIN