21 avril 2021

Tout s'explique

Derek Chauvin reconnu coupable du meurtre de George Floyd

Quelle décision a prise le jury dans le procès de Derek Chauvin ?

Les 12 jurés du procès de Derek Chauvin, un ex-policier blanc accusé du meurtre, en mai 2020, de George Floyd, un homme noir de 46 ans, l’ont reconnu coupable, hier à Minneapolis, aux États-Unis, au terme de trois semaines de procès et d’une dizaine d’heures de délibération. George Floyd est décédé à Minneapolis lors de son interpellation, après que Derek Chauvin a maintenu son genou sur son cou durant près de neuf minutes. L’affaire avait provoqué des émeutes et de grandes manifestations à l’initiative du mouvement Black Lives Matter, luttant contre les violences policières envers les Noirs. La peine de l’ex-policier, qui a été placé en détention immédiatement après la lecture du verdict, doit être précisée par le juge dans un délai de deux mois environ. Le président américain, Joe Biden, a qualifié hier soir ce verdict de « grand pas en avant vers la justice » aux États-Unis.

Les condamnations de policiers sont-elles fréquentes aux États-Unis ?

Près de 1 000 personnes sont tuées par des policiers chaque année aux États-Unis, selon une base de données du Washington Post recensant ces affaires depuis 2015. Elle montre que dans près de neuf cas sur 10, la victime était armée. Entre début 2005 et mi-2019, 35 des 104 policiers inculpés pour meurtre ou homicide involontaire après des interventions armées ont été condamnés, d’après des données recueillies par Philip Stinson, professeur de criminologie à l’université d’État de Bowling Green. Selon une décision rendue en 1985 par la Cour suprême des États-Unis, la plus haute juridiction américaine, « un policier peut recourir à un usage létal de la force pour empêcher qu’un suspect s’échappe s’il estime de bonne foi que le suspect représente une menace significative de mort ou de grave blessure physique ». Il est cependant difficile de prouver que les policiers n’étaient pas de bonne foi.

Quelles mesures ont été prises aux États-Unis contre les violences policières ?

La Chambre des représentants, l’une des deux chambres du Parlement américain, a adopté début mars une réforme de la police initiée par des élus démocrates, qui doit désormais passer devant le Sénat : le texte prévoit d’interdire les prises d’étranglement, de limiter les transferts d’équipements militaires aux forces de l’ordre et suspend la possibilité pour les agents d’entrer sans frapper chez les suspects dans des affaires de stupéfiants. En mars 2020, Breonna Taylor, une jeune femme noire, a été abattue dans son appartement lors d’un raid de la police qui enquêtait sur un trafic de drogue. Au niveau local, 30 États ont adopté de nouvelles normes sur l’usage de la force au sein de la police en 2020, selon la Conférence nationale des législatures d’État, qui représente les branches législatives des États américains.

POUR ALLER PLUS LOIN

La base de données du Washington Post (en anglais) sur les personnes tuées par la police aux États-Unis.