1er mai 2021

On revient au début

La Station spatiale internationale

Quatre astronautes, dont deux Américains, un Japonais et le Français Thomas Pesquet, ont rejoint samedi dernier la Station spatiale internationale. D’une durée prévue de six mois, cette mission baptisée « Alpha » vise à conduire des expériences scientifiques. Il s’agit de la 65e expédition à bord de l’ISS, lancée il y a plus de 20 ans dans le cadre du réchauffement des relations diplomatiques entre les États-Unis et la Russie.


À l’origine

Pendant la guerre froide, la rivalité entre les États-Unis et l’Union soviétique favorise la conquête spatiale. L’URSS est le premier pays à mettre en orbite, en 1971, une station spatiale, baptisée Saliout-1. Les États-Unis lancent à leur tour une station spatiale en 1973. Le président américain Ronald Reagan charge en 1984 la Nasa, l’agence spatiale américaine, de mettre en œuvre une « station spatiale habitée en permanence » et appelle les pays alliés à participer au projet. La Russie y adhère en 1993 après l’effondrement de l’URSS. Les négociations aboutissent en janvier 1998 à la signature d’accords de coopération entre 15 pays pour le développement et l’exploitation de la Station spatiale internationale (ISS), les États-Unis ayant « le rôle de chef de file », selon les accords. L’ISS a pour objectif d’intensifier « l’utilisation scientifique, technologique et commerciale de l’espace extra-atmosphérique ». Le premier module de l’ISS est envoyé en orbite en novembre 1998.


Les dates clés

2000

Le 2 novembre 2000, le premier équipage arrive à l’ISS, pour une expédition de plus de quatre mois. Composé d’un astronaute américain et deux russes, il est chargé de mettre en place les systèmes permettant de vivre à bord et de communiquer avec l’extérieur, ainsi que de poursuivre l’assemblage de l’ISS. Cette première expédition intervient après l’assemblage de trois premiers modules, pendant deux ans, mais l’ISS doit encore être équipée de multiples technologies (laboratoires, panneaux solaires, etc.) et sera progressivement agrandie. L’assemblage ne sera terminé qu’en 2011, après une quarantaine de vols en tout depuis la Terre pour acheminer le matériel nécessaire. Les travaux d’installation et de maintenance nécessitent pour les astronautes de faire des sorties extravéhiculaires dans l’espace, une manœuvre périlleuse. 237 sorties extravéhiculaires ont été effectuées entre 1998 et début mars 2021, dont la plus longue, d’une durée de 8 heures et 56 minutes, a été réalisée en mars 2001, selon la Nasa. L’ISS est occupée en permanence depuis 2000, chaque équipage étant relayé par l’arrivée d’un autre avant son départ.

2012

La capsule Dragon, conçue par la société américaine SpaceX, s’amarre en mai 2012 à l’ISS pour y livrer de la nourriture et du matériel. C’est la première fois qu’un vaisseau privé assure le ravitaillement de la station. La Nasa a passé des contrats avec deux entreprises privées, SpaceX et Orbital Sciences, pour assurer le transport du fret et prendre la relève de ses navettes spatiales, dont la dernière a volé en 2011. Depuis cette date, la Nasa dépend des capsules russes Soyouz pour envoyer les astronautes vers l’ISS et les ramener sur Terre. Dans le cadre de contrats passés en 2014 avec SpaceX, la Nasa enverra pour la première fois en mai 2020 des astronautes sur l’ISS via une navette privée, la capsule Crew Dragon de SpaceX. Pour arriver jusqu’à l’ISS, une navette spatiale est propulsée en orbite par une fusée et effectue plusieurs rotations autour de la Terre avant de pouvoir se placer progressivement sur la même orbite que l’ISS puis s’y arrimer. L’opération peut prendre de plusieurs heures à plusieurs jours.

2015

En août 2015, des astronautes de l’ISS goûtent la première salade cultivée dans l’espace. Cette laitue a poussé dans un dispositif réservé à bord de la station, pour contrecarrer l’effet de la microgravité (faible gravité) et empêcher ainsi l’eau de flotter et les racines de pousser dans tous les sens. La culture de plusieurs types de légumes en microgravité est expérimentée dans l’ISS dans le but de fournir à terme une source durable d’alimentation aux astronautes qui effectueront de longues et lointaines missions spatiales, comme sur Mars, où les ravitaillements seront plus compliqués. La culture de plantes fait partie des nombreuses expériences scientifiques menées par les astronautes à bord de l’ISS, qui portent sur divers domaines comme la recherche médicale et l’étude d’une matière composant l’univers appelée « matière noire ». Les astronautes eux-mêmes sont étudiés, pour comprendre l’effet de la microgravité sur le corps humain et améliorer les connaissances sur l’atrophie musculaire et la perte de masse osseuse. En 20 ans, plus de 3 000 expériences scientifiques ont été menées dans l’ISS, selon la Nasa.

2021

Le vice-Premier ministre russe déclare le 18 avril que la Russie pourrait se désengager de l’ISS à compter de 2025. Selon lui, la vétusté du segment russe de la station nécessite beaucoup de maintenance. L’agence spatiale russe, Roscosmos, annonce deux jours plus tard que le premier module de sa future station orbitale est « en préparation », en vue d’un lancement en 2025. La Nasa estimait le coût total de l’ISS à plus de 100 milliards de dollars en 2017, auxquels s’ajoute celui de l’entretien annuel. La Nasa a annoncé en juin 2019 ouvrir l’ISS à une future exploitation commerciale, ce qui lui permettra de diversifier ses sources de financement. Cette décision intervient alors que la Nasa « se concentre » sur des missions spatiales sur la Lune et sur Mars, a-t-elle expliqué. L’exploitation intergouvernementale de l’ISS est à ce jour assurée jusqu’en 2024. La Chine, qui ne participe pas à l’ISS, a lancé en orbite jeudi le premier module de sa future station spatiale.


Les chiffres

28 000 km/h. C’est la vitesse à laquelle se déplace l’ISS sur une orbite basse à environ 400 kilomètres de la surface de la Terre. L’ISS fait ainsi le tour de la Terre en 90 minutes. La mise en orbite provoque la rotation de l’ISS autour de la Terre, la force centrifuge l’empêchant de retomber (voir la vidéo).

244 astronautes. 244 astronautes de 19 pays se sont rendus à ce jour dans l’ISS, selon la Nasa. Parmi eux, 153 étaient Américains et 50 Russes. Seuls quatre Français y ont séjourné, dont l’astronaute Thomas Pesquet en 2016 puis lors de la mission en cours. L’Américain Scott Kelly détient le record de la mission la plus longue (340 jours), tandis que l’Américaine Peggy Whitson y a séjourné le plus longtemps (665 jours, lors de trois missions). La durée habituelle d’une mission est de six mois.

Deux heures. C’est la durée minimum d’exercices sportifs que les astronautes doivent réaliser chaque jour à bord de l’ISS afin d’atténuer les effets de la microgravité sur la perte de masse musculaire et osseuse. Comme tout ce qui se trouve à l’intérieur de la station flotte, les astronautes dorment dans des sacs de couchage fixés au mur, doivent uriner dans un tuyau aspirant et boivent exclusivement à la paille.