6 mai 2021

C’est leur avis

Les querelles intestines de la gauche face à la présidentielle

Dans une tribune publiée dans Libération, Samuel Jequier, consultant en analyse de l’opinion publique et ancien conseiller de responsables socialistes, déplore que les partis de gauche, qui s’étaient réunis mi-avril en vue de la présidentielle de 2022, ne se soient pas mis d’accord sur une candidature unique.

« Arguties, enfumage, jugements péremptoires sont convoqués pour ne pas aborder l’essentiel : comment aboutir à une candidature unique dans une élection qui n’autorise pas autre chose ? […] Ceux-là seraient trop sociaux-libéraux, ceux-ci trop radicaux, ceux-là trop laïcards, ceux-ci trop islamo-gauchistes… Ils nourrissent la théorie des gauches irréconciliables pour mieux empêcher l’union. Oubliant leur propre histoire, celle d’une gauche qui a toujours été plurielle. Franchement, y avait-il moins de différences en 1936 entre Thorez, Blum et Daladier qu’entre eux aujourd’hui ? Évidemment non. […] Ils préfèrent leurs intérêts personnels et boutiquiers à l’intérêt général. Ils préfèrent laisser passer Macron ou pire Le Pen plutôt que de s’effacer pour l’un d’entre eux. La gauche n’est pas irréconciliable, non, elle est irresponsable. » Samuel Jequier