8 mai 2021

On revient au début

L’émergence des « Black Blocs »

Samedi dernier, lors de la manifestation du 1er-Mai, à Paris, des affrontements ont opposé des militants radicaux aux policiers. Plusieurs dizaines de membres de la CGT ont été victimes d’une agression d’une « extrême violence » de la part d’un « important groupe d’individus », « de type “Black Blocs” » selon un représentant du syndicat. Les « Black Blocs », militants d’ultragauche non affiliés à des partis ou syndicats, s’attaquent, en groupe et souvent violemment, aux symboles du capitalisme et de l’État durant les manifestations. Apparu dans les années 1980 en République fédérale d’Allemagne, le mode opératoire des « Black Blocs » s’est internationalisé et diffusé via les rassemblements altermondialistes à partir de la fin des années 1990.


Le concept

« Black Bloc » vient de l’allemand « Schwarzer Block », un terme apparu au début des années 1980 en Allemagne. Il ne qualifie pas un mouvement politique, mais un mode opératoire, une tactique de lutte à travers des actions collectives souvent violentes, visant les symboles de l’État et du capitalisme. Vêtus de noir et masqués pour éviter d’être identifiés, les individus y prenant part agissent « en bloc », restant soudés pendant leurs actions : ils sont qualifiés, par extension, de « Black Blocs » et se définissent comme tels. Ces personnes sont « anticapitalistes, antiracistes, antisexistes, antimilitaristes, écologistes radicaux », explique à B‌r‌i‌e‌f‌.‌m‌e Francis Dupuis-Déri, professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal et auteur du livre « Les Black Blocs ». Dans une interview sur France Culture en mars 2019, Éric Delbecque, spécialiste de sécurité intérieure, fait une distinction entre « les “Black Blocs” traditionnels de l’ultragauche », « les casseurs-pilleurs qui viennent faire leur marché » et les « “Gilets jaunes” radicalisés » qui sont « progressivement contaminés par les modes d’action “Black Blocs” ».

Inscrivez-vous pour poursuivre votre lecture !

Essayez gratuitement brief.me pendant 30 jours.
Sans engagement ni carte bancaire.

J’ai déjà un compte