10 mai 2021

Tout s'explique

Victoire des indépendantistes aux législatives en Écosse

Quel score a obtenu le parti indépendantiste aux élections législatives ?

Le Parti national écossais (SNP), un parti de centre gauche qui défend l’indépendance de l’Écosse, est arrivé en tête des élections législatives organisées jeudi dans ce territoire du Royaume-Uni, selon les résultats officiels publiés samedi. Avec 64 sièges sur 129 (un de plus qu’en 2016), le SNP manque de peu d’obtenir la majorité absolue au Parlement écossais. Les Verts, également pro-indépendance, ont obtenu huit sièges, tandis que la branche écossaise du Parti conservateur, le parti du Premier ministre britannique Boris Johnson, est arrivée en deuxième position avec 31 sièges. La Première ministre écossaise et dirigeante du SNP, Nicola Sturgeon, au pouvoir depuis 2014, s’est félicitée samedi que les Écossais aient voté « pour donner une majorité aux partis pro-indépendance au sein du Parlement écossais ». Elle a plaidé pour l’organisation d’un nouveau référendum sur la sortie de l’Écosse du Royaume-Uni, estimant que c’était « la volonté du peuple ».

Dans quelles conditions un référendum est-il possible ?

Un référendum d’autodétermination a déjà été organisé en Écosse en septembre 2014, deux ans après la signature d’un accord entre le gouvernement britannique et le gouvernement écossais. Le « non » à l’indépendance de l’Écosse l’a emporté avec 55,3 % des suffrages. Florence Faucher, professeure de science politique à Sciences Po, souligne néanmoins, dans un entretien à 20 Minutes, que la situation a changé depuis 2014, car « l’un des arguments » en faveur du maintien de l’Écosse dans le Royaume-Uni était « l’appartenance à l’Union européenne », explique-t-elle. 62 % des Écossais ont voté contre le Brexit en 2016, mais le Royaume-Uni a quitté l’UE l’an dernier. Cependant, « seul le gouvernement du Royaume-Uni peut autoriser la tenue d’un tel événement », explique Florence Faucher. Or, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, s’y oppose : il a affirmé sur la BBC en janvier que les électeurs ne devraient être sollicités sur ce type de question « qu’une fois par génération ».

Pourquoi une partie des Écossais souhaitent-ils l’indépendance ?

Les revendications pour l’indépendance de l’Écosse ont pris de l’ampleur dans les années 1990. En 1998, le Scotland’s Act a permis un transfert de compétences du Parlement britannique au Parlement écossais (créé en 1999). « L’objectif du SNP est de créer une Écosse indépendante qui reposerait sur des principes sociaux-démocrates d’égalité et de justice sociale », explique Claire Breniaux, chercheuse à l’Université de Bourgogne, dans The Conversation. En ce sens, les arguments du SNP en faveur de l’indépendance sont, selon elle, « essentiellement socio-politiques et économiques, ce qui le distingue des partis nationalistes centrés sur les questions ethniques ou culturelles ». « Les conservateurs n’ont pas gagné d’élection en Écosse depuis plus de 60 ans et pourtant, les politiques conservatrices sont imposées à l’Écosse », souligne le SNP sur son site promouvant l’indépendance. Les indépendantistes font valoir la perspective, bien qu’incertaine, d’un retour au sein de l’Union européenne.

POUR ALLER PLUS LOIN

Un portrait de la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, sur RFI.

Un reportage sur le référendum d’autodétermination de 2014 sur le site de l’INA.