18 mai 2021

Tout s'explique

Négociations entre TF1 et M6 en vue d’une fusion

Que prévoit le projet de fusion entre TF1 et M6 ?

Les groupes de médias privés français TF1 et M6 ont annoncé hier soir être en négociations exclusives afin de fusionner leurs activités. Ce nouveau groupe permettra « d’apporter une réponse française aux défis des plateformes » numériques mondiales, expliquent-ils. Le projet prévoit que le groupe Bouygues, principal propriétaire de TF1, rachète pour 641 millions d’euros une partie des titres du groupe M6 que détient RTL Group. Au terme de l’opération, Bouygues serait le premier actionnaire du nouvel ensemble avec près de 30 % du capital, tandis que RTL Group en serait le deuxième actionnaire avec 16 % du capital. Le président du groupe allemand de médias Bertelsmann, détenteur de RTL Group, avait annoncé en mars qu’il souhaitait vendre une partie des parts du groupe dans M6 afin de constituer des « champions nationaux » des médias en Europe face aux plateformes de streaming américaines, comme Netflix et Disney+.

En quoi consistent les mécanismes anti-concentration des médias ?

Le projet de fusion entre TF1 et M6 doit obtenir des autorisations réglementaires de l’Autorité de la concurrence, une autorité administrative indépendante, et du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), l’autorité publique de régulation de l’audiovisuel. Pour éviter la concentration des médias TV et radio en France, la législation fixe différents seuils à respecter, qui « visent à assurer l’indépendance des médias vis-à-vis du pouvoir politique et d’acteurs privés influents et à satisfaire l’objectif constitutionnel de respect du pluralisme des offres » selon le CSA. L’un de ces seuils prévoit qu’un même groupe de télévision ne peut posséder plus de sept autorisations pour un service national de télévision. Or les groupes TF1 et M6 possèdent chacun cinq chaînes de télévision sur les ondes hertziennes, ce qui rendra nécessaires des cessions. L’Autorité de la concurrence doit également donner son autorisation afin de veiller à ce que cette fusion ne contrevienne pas à la concurrence.

À quels bouleversements font face les chaînes de télévision françaises ?

Les groupes M6 et TF1 ont respectivement enregistré une baisse de leur chiffre d’affaires de 12,5 % et 11 % en 2020 par rapport à 2019, selon les chiffres communiqués en février par les deux groupes. Ils imputent cette baisse au recul des recettes publicitaires causé par la crise du Covid-19. Les deux groupes ont toutefois conservé un résultat positif en 2020. Leur part d’audience annuelle s’est maintenue entre 2019 et 2020, à 19,2 % pour TF1 et 9 % pour M6, selon le bilan annuel du CSA publié en janvier. Dans le même temps, la consommation de la vidéo à la demande a fortement augmenté en France :  près de 5 millions d’utilisateurs quotidiens ont eu recours à ce service en moyenne en 2020, contre 3 millions en 2019, selon le CSA, qui note « un pic en avril sous l’effet conjugué du confinement et du lancement de Disney+ » en France. Netflix demeure le service le plus consommé en France, devant Amazon, Disney+ et MyCanal. TF1 et M6 affirment dans leur projet de fusion vouloir développer leur propre plateforme de vidéo par abonnement. Ils participent depuis octobre à la plateforme vidéo par abonnement Salto avec le groupe public France Télévisions.

POUR ALLER PLUS LOIN

Notre article de 2019 sur la plateforme Salto.