19 mai 2021

Ça se chiffre

Le commerce extérieur agroalimentaire français

Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a appelé hier à « reconquérir » la « souveraineté alimentaire » de la France. Le pays exporte davantage de produits agroalimentaires qu’il en importe, mais sa balance commerciale dans ce domaine est devenue négative vis-à-vis du reste de l’Union européenne en 2019 et le phénomène s’est accentué en 2020. La France dépend particulièrement d’importations pour sa consommation de fruits et légumes et de produits de la pêche. Un rapport sénatorial de 2019 s’inquiétait de la baisse de l’excédent commercial agricole français et affirmait : « À ce rythme de décroissance, la France constatera son premier déficit agricole en 2023. » Parmi les faiblesses du secteur agricole français, il notait un coût du travail plus élevé qu’en Allemagne et en Espagne, par exemple, et une « tendance à la sur-réglementation ». Il déplorait que « la très forte atomisation » des acteurs agricoles « entrave » l’investissement et « la constitution d’une stratégie efficace de conquête des marchés internationaux ».