26 mai 2021

Tout s’explique

Élection présidentielle contestée en Syrie

Quelles sont les modalités de l’élection présidentielle en Syrie ?

La population syrienne résidant dans les territoires contrôlés par le régime du président Bachar el-Assad était appelée à voter aujourd’hui pour l’élection présidentielle. La Haute Cour constitutionnelle de Syrie n’a accepté que trois candidatures sur 51, dont celle de Bachar el-Assad, au pouvoir depuis près de 21 ans. L’ancien ministre et député Abdallah Salloum Abdallah et Mahmoud Mareï, membre de l’opposition tolérée par le régime, ont obtenu les 35 soutiens parlementaires nécessaires. Il s’agit de la seconde présidentielle organisée depuis le début du conflit en 2011. En 2014, Bachar el-Assad l’avait emporté avec 88 % des voix. Le président syrien est assuré d’être réélu aujourd’hui. « Chaque scrutin présidentiel est en réalité une mise en scène absurde destinée à entretenir l’illusion d’un exercice démocratique et à consacrer cette continuité », explique le politologue Khattar Abou Diab à France 24.

Quel contrôle Bachar el-Assad exerce-t-il encore sur la Syrie ?

Au pouvoir depuis 2000 en Syrie, après avoir pris la suite de son père lui-même resté à la tête du pays pendant 30 ans, Bachar el-Assad a vu une partie de la population se soulever contre lui en 2011 dans le sillage du « printemps arabe », un mouvement de contestation dans plusieurs pays de la région. Après avoir perdu le contrôle d’une grande partie du territoire syrien au profit du groupe État islamique et des forces kurdes, son régime a regagné du terrain grâce à l’appui militaire de la Russie et de l’Iran. Selon l’Atlantic Council, un cercle de réflexion spécialisé dans les affaires internationales, il contrôle actuellement 65 % à 70 % du pays. La Russie et l’Iran ont déployé une importante présence militaire dans le pays et en « contrôlent l’économie », souligne Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie, auprès de Franceinfo. Au nord et nord-est, plusieurs zones sont contrôlées par des forces kurdes et turques (voir la carte).

Quelle est la situation économique du pays ?

Dans un rapport publié en septembre 2020, la Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (Cesao), un organisme dépendant de l’ONU, a estimé les pertes économiques liées au conflit à 361 milliards d’euros entre 2011 et 2018. Le PIB (la production totale de biens et de services) a baissé de 56 % durant cette période, selon la Cesao. Ces pertes économiques ont eu d’importantes conséquences sur la population syrienne. Selon l’ONU, 13 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire en Syrie, soit les trois quarts de la population. Au début de l’année, le secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires humanitaires notait que la valeur de la monnaie syrienne avait « considérablement baissé » et que les prix des denrées alimentaires étaient « à des niveaux historiquement élevés », « en partie parce que les subventions pour des produits clés comme le pain ont été réduites ».