• BiélorussieDimanche, les autorités biélorusses ont prétexté une alerte à la bombe pour faire atterrir à Minsk, la capitale, un avion de la compagnie Ryanair qui traversait l’espace aérien biélorusse pour relier Vilnius (Lituanie) depuis Athènes (Grèce). Parmi les passagers se trouvait Roman Protassevitch, un militant opposé au régime du président biélorusse, qui a été arrêté durant cette escale forcée. L’Union européenne a annoncé lundi la fermeture de son espace aérien aux avions des compagnies biélorusses. Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a affirmé mercredi avoir « agi légalement ».

    Lire nos explications sur le détournement d’un avion en Biélorussie.
  • MaliLe président de transition du Mali, Bah N’Daw, et le Premier ministre ont été démis de leurs fonctions mardi. Le colonel Assimi Goïta, vice-président du pays, les a accusés de « sabotage de la transition » après l’annonce d’un nouveau gouvernement intérimaire dont ils avaient écarté des officiers de la junte. Assimi Goïta assure l’intérim de la présidence dans l’attente d’un nouvel exécutif de transition. Emmanuel Macron a dénoncé un « coup d’État dans le coup d’État ». L’armée a pris le pouvoir au Mali en août, après avoir renversé l’ancien président, et installé des autorités de transition pour une période de 18 mois.

    Lire notre article du mois d’août sur le coup d’État au Mali.
  • SyrieArrivé au pouvoir en 2000, le président de la Syrie, Bachar el-Assad, a été réélu pour un quatrième mandat avec 95,1 % des suffrages lors de l’élection présidentielle mercredi, selon les résultats communiqués jeudi. Les ministres des Affaires étrangères de plusieurs pays, dont les États-Unis et la France, ont dénoncé dès mardi une élection « ni libre ni régulière ». Il s’agit de la deuxième élection présidentielle depuis le début en 2011 de la guerre en Syrie, qui a fait plus de 388 000 morts selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, une organisation basée au Royaume-Uni proche de l’opposition.

    Lire notre article sur la situation en Syrie.
  • France-RwandaEn visite officielle au Rwanda jeudi, Emmanuel Macron a déclaré que la France avait « un rôle, une histoire et une responsabilité politique au Rwanda » dans le génocide qui a touché la minorité tutsie en 1994 et au cours duquel plus de 800 000 personnes sont mortes selon l’ONU. S’il n’a pas présenté d’excuses, le président s’est engagé à « ce qu’aucune personne soupçonnée de crimes de génocide ne puisse échapper à la justice ». Cette visite était la seconde visite officielle d’un chef de l’État français au Rwanda depuis 1994, après celle de Nicolas Sarkozy en 2010.

    Lire notre article de 2017 sur le rôle de la France au Rwanda.
  • Covid-19Le nombre de cas de contaminations au Covid-19 en France a continué à baisser cette semaine, à une moyenne de 9 400 par jour, soit trois fois moins qu’il y a un mois, selon le ministère de la Santé. Le Parlement a adopté jeudi le projet de loi organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire, qui doit prendre fin le 1er juin. Il permet d’imposer un pass sanitaire pour les voyageurs en provenance ou à destination de la France ainsi que pour les grands rassemblements. Jeudi, plus de 24,5 millions de personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, selon le ministère de la Santé.

    Consulter nos graphiques sur l’évolution de l’épidémie en France.