8 juin 2021

C'est leur avis

Le complotisme assumé de Jean-Luc Mélenchon

Le député La France insoumise et candidat à la présidentielle de 2022 Jean-Luc Mélenchon a affirmé dimanche sur France Inter que « dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident », citant en exemple les attentats perpétrés les semaines précédant les scrutins de 2012 et 2017. Sylvain Delouvée, psychosociologue et maître de conférences à l’université Rennes 2, estime sur LCI que Jean-Luc Mélenchon verse volontairement dans le complotisme.

« Considérer qu’un événement n’est pas le produit du hasard, mais est organisé par un petit groupe qui agirait dans l’ombre en amont, c’est la définition même du complotisme. Comme beaucoup de complotistes, Jean-Luc Mélenchon fait mine de seulement poser des questions, de s’interroger, de trouver les choses étranges ; mais il y a un implicite derrière qui est extrêmement fort et qu’il fait mine d’ignorer. […] Jean-Luc Mélenchon est trop intelligent et trop stratège pour que chaque mot prononcé n’ait pas été pesé. Depuis le mouvement des “Gilets jaunes”, les hommes et femmes politiques essayent d’en récupérer la partie complotiste : Emmanuel Macron via la suppression de l’ENA, Marine Le Pen avec son discours anti-establishment, Jean-Luc Mélenchon en insinuant que tout est déjà joué et qu’un événement va permettre à un candidat extérieur de tirer la couverture sur lui, comme en 2017. » Sylvain Delouvée