• Violences conjugalesAlors que plus de 125 000 femmes se sont déclarées victimes de violences conjugales auprès de services de police et de gendarmerie en 2019, « seuls 52 000 agresseurs conjugaux » ont fait l’objet d’une réponse pénale et 33 000 de poursuites judiciaires, a rapporté aujourd’hui le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE), une instance consultative placée auprès du Premier ministre. Le HCE estime que « les agresseurs conjugaux bénéficient d’un véritable système d’impunité ».

    Lire notre dossier de 2019 sur la lutte contre les violences conjugales.
  • DieselgateLe constructeur automobile français Renault a annoncé hier soir sa mise en examen pour tromperie dans une enquête sur des dépassements d’émissions polluantes des moteurs de certains de ses véhicules diesel d’ancienne génération. Le constructeur est accusé d’avoir installé un logiciel pour tromper les contrôles antipollution. Le constructeur automobile allemand Volkswagen a par ailleurs annoncé ce matin être mis en examen en France dans une affaire similaire.

    Lire notre article de 2018 sur le « Dieselgate ».
  • MacronLe porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a affirmé ce matin sur Europe 1 qu’Emmanuel Macron « va rester au contact des Français » et que « les déplacements vont se poursuivre », après que le président a été giflé par un homme lors d’un déplacement dans la Drôme hier après-midi. « Rien ne m’arrêtera », a réagi Emmanuel Macron hier soir dans le Dauphiné Libéré, appelant à « relativiser » ce qu’il considère être « un fait isolé ».

  • États-UnisLe Sénat américain a voté hier soir un plan d’investissement de près de 250 milliards de dollars sur cinq ans pour la recherche et le développement scientifiques afin de renforcer la compétitivité des États-Unis face à la Chine, notamment dans le secteur des semi-conducteurs, des matériaux utilisés dans l’industrie automobile et des technologies. Le plan doit être approuvé par la Chambre des représentants, l’autre chambre du Parlement, avant d’être promulgué par le président américain, Joe Biden, qui a déclaré hier vouloir le faire « dès que possible ».

    Lire l’article de Brief.eco sur le rôle des semi-conducteurs dans l’économie.