12 juin 2021

On revient au début

La maladie d’Alzheimer

L’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux a autorisé lundi un nouveau traitement contre la maladie d’Alzheimer, dans le cadre d’une procédure d’approbation accélérée qui permet l’accès à un médicament pouvant « apporter un avantage thérapeutique significatif », mais pour lequel subsiste « une certaine incertitude quant au bénéfice clinique ». L’aducanumab est le premier traitement à agir sur la cause de la maladie. La recherche sur la maladie d’Alzheimer a beaucoup progressé depuis la fin du XXe siècle, mais aucun traitement curatif n’a été mis au point jusqu’ici.


Le concept

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative incurable, qui représente la majorité des cas de démence dans le monde, selon l’Organisation mondiale de la santé, une agence de l’ONU. « Le cerveau perd progressivement et de manière irréversible des cellules nerveuses (neurones), support de nos facultés mentales. Cette maladie se manifeste par des symptômes qui touchent notamment la mémoire et le langage et qui entravent l’autonomie (notre capacité de décider seul) et l’indépendance (notre capacité de nous débrouiller seul) », explique la gérontologue Valentine Charlot dans son ouvrage « Vivre avec Alzheimer ». En moyenne, les malades ne vivent que huit à 12 ans après leur premier diagnostic, selon l’association France Alzheimer. La maladie touche surtout les personnes âgées de plus de 65 ans. Elle est deux fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, selon Santé publique France, un organisme public dépendant du ministère de la Santé. Jusqu’à l’autorisation, aux États-Unis, de l’aducanumab, il n’existait que des soins palliatifs, c’est-à-dire ciblant les symptômes de la maladie.

Inscrivez-vous pour poursuivre votre lecture !

Essayez gratuitement brief.me pendant 30 jours.
Sans engagement ni carte bancaire.

J’ai déjà un compte