14 juin 2021

Tout s’explique

Un nouveau gouvernement hétéroclite en Israël

Quels partis composent le nouveau gouvernement israélien ?

La Knesset, le parlement d’Israël, a approuvé hier soir le nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Naftali Bennett, par un vote à une courte majorité de 60 voix contre 59 voix et une abstention. Naftali Bennett, dirigeant du mouvement de droite nationaliste Yamina, succède ainsi à Benjamin Netanyahou, qui était Premier ministre depuis 2009. Le nouveau gouvernement rassemble 27 ministres issus de huit partis de la gauche, du centre et de la droite, dont un parti arabe, réunis par leur opposition à Benjamin Netanyahou. Naftali Bennett dirigera le gouvernement jusqu’en août 2023 avant de céder ses fonctions au centriste Yaïr Lapid, selon l’accord de coalition. Après les élections législatives de mars, Benjamin Netanyahou avait échoué à rassembler une coalition majoritaire. Le président israélien avait alors chargé Yaïr Lapid, chef du deuxième parti au Parlement, de former un gouvernement.

Qui est Naftali Bennett, le nouveau Premier ministre ?

Âgé de 49 ans, Naftali Bennett est né en Israël de parents américains juifs qui avaient immigré. Cet ancien homme d’affaires a fait fortune dans le secteur de la sécurité et du stockage informatiques. En 2005, il s’engage au sein du Likoud et devient chef de cabinet de Benjamin Netanyahou. Il quitte le parti trois ans plus tard pour diriger une organisation représentant les colons israéliens en Cisjordanie, un territoire palestinien. En 2012, Naftali Bennett prend la tête d’un parti nationaliste et sioniste. Il occupe plusieurs postes ministériels, dont ceux de l’Économie et de la Défense, entre 2013 et 2019, dans le cadre de coalitions gouvernementales avec le Likoud. Naftali Bennett dirige aujourd’hui Yamina, une formation créée en 2019 et issue de petits partis de droite et d’extrême droite, qui prône un ultra-libéralisme économique et s’oppose à la création d’un État palestinien. Yamina a remporté sept sièges sur 120 au Parlement lors des élections législatives de mars.

Quel est le bilan de Benjamin Netanyahou ?

Premier ministre de 1996 à 1999 et depuis 2009, Benjamin Netanyahou est désormais député du Likoud et chef de l’opposition au Parlement. Il a annoncé hier soir son intention d’être bientôt « de retour pour diriger le pays ». Benjamin Netanyahou a fait adopter au Parlement en 2018 la loi de l’État-nation du peuple juif, qui ne reconnaît le droit à l’autodétermination qu’aux juifs et retire à la langue arabe son statut de langue officielle. Ces dernières années, « la colonisation israélienne a considérablement augmenté depuis que l’exécutif américain a exercé moins de pression », estimait en octobre l’ONG israélienne Peace Now, qui recense les implantations en Cisjordanie. Grâce à la médiation de l’ancien président américain Donald Trump, Israël a normalisé ses relations avec plusieurs pays arabes en 2020, dont les Émirats arabes unis et le Maroc. Depuis 2019, Benjamin Netanyahou est mis en examen pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires différentes. En quittant les fonctions de Premier ministre, il perd son immunité.

POUR ALLER PLUS LOIN

Un portrait de Naftali Bennett en vidéo sur France 24.