• Sauvetage en merL’ONG SOS Méditerranée a déclaré ce matin que son navire de sauvetage en mer Ocean Viking avait secouru 369 personnes cette nuit dans la « zone de recherche et de sauvetage libyenne ». 866 personnes sont mortes en tentant de traverser la mer Méditerranée depuis le début de l’année, selon l’Organisation internationale pour les migrations, un organisme de l’ONU.

  • ChiliElisa Loncon, une universitaire issue du peuple mapuche, le principal peuple autochtone du Chili, a été élue hier présidente de la Convention constitutionnelle chilienne, l’assemblée chargée de rédiger une nouvelle Constitution. Cette assemblée dispose de 12 mois maximum pour écrire une nouvelle loi fondamentale, qui sera soumise à un référendum en 2022, pour lequel le vote sera obligatoire.

    Lire notre article de mai sur l’élection de l’assemblée constituante chilienne.
  • Éthiopie« Plus de 400 000 personnes semblent être en état de famine » au Tigré et « 1,8 million d’autres sont sur le point de se retrouver dans une situation identique », a alerté l’ONU vendredi soir. Les autorités rebelles du Tigré, une région du nord de l’Éthiopie, ont posé hier dans un communiqué leurs conditions pour accepter le cessez-le-feu souhaité par le gouvernement, dont leur reconnaissance par le pouvoir fédéral.

    Lire nos explications sur le conflit au Tigré.
  • MaliL’armée française a décidé de reprendre sa « coopération opérationnelle » avec les forces armées maliennes après avoir consulté « les autorités maliennes de transition et les pays de la région », selon un communiqué du ministère des Armées publié vendredi soir. La France avait suspendu le 3 juin ses opérations militaires conjointes avec le Mali en raison du coup d’État de la junte militaire qui avait renversé fin mai le gouvernement de transition.

  • CyberattaqueL’éditeur américain de logiciels de gestion de réseau informatique Kaseya, qui revendique plus de 36 000 clients dans le monde, a annoncé vendredi soir être victime d’une « cyberattaque sophistiquée ». Selon le cabinet spécialisé en cybersécurité Huntress, une rançon de 59 millions d’euros a été demandée par un groupe de hackers pour débloquer les données de « plus de 1 000 entreprises » clientes de Kaseya. Le président des États-Unis, Joe Biden, a ordonné samedi l’ouverture d’une enquête de la part des agences américaines de renseignement.