6 juillet 2021

Tout s’explique

Le Liban au bord de « l’explosion sociale »

Qu’a déclaré le Premier ministre libanais ?

Le Premier ministre du Liban par intérim, Hassane Diab, a affirmé aujourd’hui que le pays était « à quelques jours de l’explosion sociale ». Il a appelé « tous les organismes internationaux » à aider à « sauver les Libanais de la mort », au moment où le pays traverse une grave crise économique et financière depuis 2019. « Lier l’aide du Liban à la formation du gouvernement est devenu un danger pour la vie des Libanais », a dénoncé Hassane Diab lors d’un discours devant des diplomates étrangers. Il a cependant déclaré que la formation d’un gouvernement restait une « priorité ». Le porte-parole du Fonds monétaire international (FMI), un organisme international chargé de venir en aide aux pays connaissant des difficultés financières, a affirmé en mars que la formation d’un nouveau gouvernement était une condition indispensable pour mener les réformes économiques dans le pays et obtenir un soutien financier international.

Où en est la crise politique au Liban ?

Le Liban est sans gouvernement depuis la démission il y a 11 mois du gouvernement de Hassane Diab après l’explosion meurtrière survenue dans le port de Beyrouth, la capitale, en août 2020. Le président, Michel Aoun, a chargé en octobre l’ancien Premier ministre Saad Hariri de former un gouvernement, mais les négociations bloquent encore aujourd’hui sur sa composition. Saad Hariri avait accusé en mars Michel Aoun d’imposer une répartition « confessionnelle et partisane » des ministères, alors que Saad Hariri prône un gouvernement de spécialistes non partisans pour mener les réformes. Le gouvernement de Hassane Diab continue de gérer les affaires courantes. Fin mars, le porte-parole du FMI a affirmé que « la corruption et le gaspillage des deniers publics » par la classe politique dirigeante étaient « à l’origine de l’effondrement » du pays. Au Liban, le pouvoir repose sur un système confessionnel, partagé entre chrétiens et musulmans.

Quelle est la situation économique au Liban?

La « dépression économique grave et prolongée » que connaît le Liban depuis deux ans a eu pour conséquence une inflation de 84 % en moyenne en 2020, a rapporté début juin la Banque mondiale, un organisme de financement du développement. Elle estime que plus de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté national. « 77 % des ménages n’ont pas assez de nourriture ou pas assez d’argent pour acheter de la nourriture », selon une évaluation du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) publiée le 1er juillet. Les prix des carburants et du pain ont fortement augmenté ces dernières semaines. En raison de l’épuisement de ses réserves en dollars, la Banque centrale libanaise a commencé à réduire le versement de subventions aux importateurs de produits stratégiques, qui permettaient d’atténuer les conséquences de l’effondrement de la livre libanaise sur les prix. Le pays fait ainsi face à des pénuries de carburant et de médicaments, ainsi qu’à d’importantes coupures d’électricité.

POUR ALLER PLUS LOIN

Notre dossier de septembre 2020 sur l’instabilité politique au Liban.

Un reportage de France 24 sur la paupérisation au Liban.