8 juillet 2021

C’est leur avis

L’effondrement d’Haïti

Le président haïtien, Jovenel Moïse, a été assassiné hier matin par des hommes armés. La police haïtienne a annoncé hier soir que quatre « mercenaires » soupçonnés d’être impliqués dans l’assassinat avaient été tués et deux autres arrêtés. Interviewé par Libération, le docteur en sciences politiques Frédéric Thomas reproche aux organismes internationaux de ne pas avoir pris la mesure de la détérioration de la situation d’Haïti.

« Cet assassinat est le marqueur d’un pourrissement de la situation, de l’effondrement des institutions étatiques, de la dérive mafieuse d’un État et de la montée en puissance des gangs armés. […] Les institutions sont défaillantes, à commencer par la justice. Et le président était illégal et illégitime, puisque son mandat est terminé depuis début février et qu’il s’est maintenu au pouvoir et entretenait la fiction d’un calendrier électoral auquel personne ne croyait. Seuls son gouvernement et la communauté internationale faisaient semblant d’y croire. […] La communauté internationale continuait à appeler, encore et toujours, à un rassemblement de toutes les forces politiques, à une union nationale, ce qui revenait à valider le pouvoir illégitime de Jovenel Moïse. » Frédéric Thomas