9 juillet 2021

Tout s’explique

L’agriculture biologique continue sa progression en France

À quel point l’agriculture biologique a-t-elle progressé depuis l’an dernier ?

Le seuil des 50 000 exploitations agricoles labellisées en agriculture biologique a été franchi l’an dernier, selon le rapport annuel publié aujourd’hui par l’Agence Bio. Il s’établissait fin 2020 à 53 483, selon ce groupement d’intérêt public de promotion de l’agriculture biologique qui rassemble des représentants des pouvoirs publics et des professionnels. Le nombre de fermes bio représente désormais 12 % de l’ensemble des exploitations françaises, contre 8,5 % en 2019. Cette croissance correspond à une hausse de la demande. Les achats d’aliments biologiques par les ménages et le secteur de la restauration ont atteint 13,2 milliards d’euros en 2020, soit 10,4 % de plus que l’année précédente. « Beaucoup de Français se sont tournés vers les circuits courts pendant le confinement, a analysé ce matin lors d’une conférence de presse Laure Verdeau, directrice de l’Agence Bio. Or, les agriculteurs bio y sont très présents. »

Est-ce en phase avec les objectifs de la France et de l’Union européenne ?

La France reste loin de ses objectifs. Emmanuel Macron avait annoncé en février 2018 vouloir atteindre 15 % de surfaces cultivées en bio d’ici fin 2022. Ce seuil et cette échéance avaient été repris dans la loi sur l’agriculture et l’alimentation de 2018, votée à l’initiative du gouvernement à l’issue des États généraux de l’alimentation, une série de consultations lancée l’année précédente. Or la part des surfaces cultivées en bio a atteint 9,5 % de la surface agricole française fin 2020, selon l’Agence Bio. En avril, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a reconnu sur BFMTV que l’objectif de 15 % ne serait pas atteint d’ici la fin du quinquennat.

Que représentent les importations dans la vente de produits biologiques en France ?

Tous les produits biologiques consommés en France ne sont pas produits localement. La part des produits importés se stabilise cependant à un peu plus de 33 % en 2020, selon le rapport de l’Agence Bio. Parmi les produits bio consommés en France, 13 % sont « tropicaux » et ne peuvent donc pas être cultivés en France métropolitaine, précise l’Agence Bio : il s’agit en particulier de certains fruits, du café, du thé ou du chocolat. Pour « les fruits et légumes, nous sommes loin de produire ce que nous consommons. L’Italie et l’Espagne se sont tournées depuis longtemps vers ces cultures, en bio et en conventionnel, et nous importons donc depuis ces pays », déclarait le président de l’Agence Bio au site spécialisé dans la consommation LSA Green en novembre.

POUR ALLER PLUS LOIN