22 juillet 2021

Tout s’explique

Accord entre les États-Unis et l’Allemagne au sujet du Nord Stream 2

Qu’ont annoncé les États-Unis et l’Allemagne ?

Le ministère allemand des Affaires étrangères et son équivalent américain ont annoncé hier soir plusieurs mesures permettant de mettre fin au blocage du projet Nord Stream 2 [voir la carte]. La construction de ce gazoduc russe permettant de fournir l’Europe en gaz russe via la mer Baltique est pratiquement terminée, mais elle a été entravée par plusieurs séries de sanctions imposées par les États-Unis contre des entreprises y participant. Les États-Unis craignent que Nord Stream 2 soit un moyen pour la Russie d’affaiblir considérablement l’Ukraine en ne passant plus par son territoire pour distribuer son gaz en Europe, en particulier vers l’Allemagne. Dans le communiqué publié hier soir, les États-Unis et l’Allemagne assurent qu’ils ne laisseront pas la Russie « utiliser l’énergie comme une arme ». L’Allemagne s’engage également à mettre en place un « Fonds vert pour l’Ukraine » afin de soutenir la transition énergétique du pays.

Quels risques Nord Stream 2 représente-t-il pour l’Ukraine ?

Le gazoduc russe Nord Stream 1, qui passe déjà par la mer Baltique, est le premier canal d’approvisionnement de l’UE en gaz. 41 % des exportations de gaz russe vers l’UE y ont transité au premier trimestre 2021, selon la Commission européenne. Dans le même temps, 22 % des exportations de gaz russe vers l’UE sont passées par l’Ukraine. Celle-ci facture ce service et craint d’importantes pertes de recettes si la Russie la contourne. Nord Stream 2 va « déconnecter » l’Ukraine « d’au moins 3 milliards de dollars par an », a déclaré début juin le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. « Nous n’aurons rien pour payer l’armée ukrainienne », a-t-il ajouté. « Ce n’est pas seulement une question d’argent », note sur son site l’Ukraine Crisis Media Center, un organisme qui a pour mission de « soutenir l’État ukrainien ». Il estime qu’acheminer du gaz russe est une garantie de sécurité pour l’Ukraine : « Après tout, la Russie n’attaquera pas un pays qui la relie à son propre marché du gaz. »

Que représentent les hydrocarbures dans l’économie russe ?

La Russie est le principal fournisseur de pétrole et de gaz de l’Union européenne. Elle représentait 26 % des importations de pétrole de l’UE et 40 % de ses importations de gaz au premier semestre 2020, selon les chiffres de la Commission européenne. Depuis 2005 et jusqu’à la crise du Covid-19, les revenus du pétrole et du gaz représentaient d’une année sur l’autre entre 36 % et 51 % du budget fédéral de la Russie, selon le Warsaw Institute, un centre de réflexion polonais. Les autorités russes cherchent à réduire cette dépendance à des énergies dont les sources sont limitées. « La dépendance au pétrole et au gaz se réduit graduellement, mais pas aussi vite qu’on pourrait l’espérer », a déclaré en septembre 2020 le porte-parole de la présidence. En décembre 2020, le président russe, Vladimir Poutine, s’est réjoui que le dernier budget ne soit composé qu’à 30 % de revenus issus du pétrole et du gaz.

POUR ALLER PLUS LOIN

Notre panorama sur la Russie de Vladimir Poutine.