27 juillet 2021

Tout s’explique

Tensions après la suspension du Parlement tunisien

Quelles réactions a provoquées la suspension du Parlement en Tunisie ?

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, qui dirige la diplomatie des États-Unis, a appelé hier soir le président tunisien, Kaïs Saïed, à « respecter les principes de la démocratie et des droits humains ». Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères, a appelé aujourd’hui « au rétablissement de la stabilité institutionnelle dans les meilleurs délais et en particulier à la reprise de l’activité parlementaire » dans le pays. « Pour sauver la Tunisie », le président tunisien a suspendu dimanche les activités du Parlement pour 30 jours et annoncé le limogeage du Premier ministre, avec lequel il partageait le pouvoir exécutif. Hier, il a démis de leurs fonctions les ministres de la Défense et de la Justice. Ces décisions ont suscité hier des rassemblements et des affrontements devant le parlement tunisien. Les partisans des principaux partis ont dénoncé un « coup d’État », tandis que les soutiens de Kaïs Saïed, sans étiquette politique, ont salué son initiative.

Quels reproches étaient faits au gouvernement et au Parlement ?

La contestation sociale en Tunisie a culminé dimanche, à l’occasion du 64e anniversaire de la République tunisienne. Plusieurs manifestations ont eu lieu dans le pays pour réclamer la démission du Premier ministre et la dissolution du Parlement. Des rassemblements ont été organisés dans plusieurs villes devant les bureaux de la formation islamo-conservatrice Ennahdha, premier parti du Parlement. Certains bureaux ont été saccagés par les manifestants. Ceux-ci dénonçaient la corruption en Tunisie et le fort niveau de chômage que connaît le pays depuis la révolution qui a chassé du pouvoir le président Ben Ali en janvier 2011. Ils critiquaient également la gestion de la crise du Covid-19, la Tunisie faisant face à une nouvelle vague épidémique et à un manque de vaccins. Au cours des sept derniers jours, elle a enregistré en moyenne 189 décès quotidiens dus au Covid-19, contre environ 80 au plus fort des précédentes vagues de l’épidémie, selon les chiffres du ministère de la Santé.

Quelle est la situation économique de la Tunisie ?

Un porte-parole du Fonds monétaire international (FMI) a déclaré hier à l’agence de presse Reuters que cet organisme international chargé de venir en aide aux pays connaissant des difficultés financières était « prêt » à aider la Tunisie. Le pays a sollicité en mai un prêt de 4 milliards de dollars (3,4 milliards d’euros) qui, s’il est accordé, sera son quatrième emprunt auprès de l’institution internationale en 10 ans. La dette publique tunisienne est passée de 39,2 % du PIB (la production totale au sein d’un pays) en 2010 à 87,6 % en 2020, selon le FMI. Dans un entretien au Monde Afrique en mai, l’économiste Fadhel Kaboub expliquait que l’économie tunisienne souffre de difficultés structurelles, le pays devant importer beaucoup de produits alimentaires, d’énergie et de produits à haute valeur ajoutée et ne pouvant compter que sur des exportations peu rémunératrices. Par ailleurs, la pandémie de Covid-19 a privé la Tunisie d’importantes recettes touristiques.

POUR ALLER PLUS LOIN

L’interview de Fadhel Kaboub dans Le Monde Afrique.