4 août 2021

Ça alors

Moins de dépressions dans les grandes villes

Le taux de dépression est moins élevé dans les grandes villes que dans les petites, selon une étude publiée hier dans la revue scientifique américaine PNAS. Des professeurs de psychologie, urbanisme ou encore neurosciences à l’Université de Chicago ont examiné les bases de données de plusieurs organismes publics américains ainsi que des publications sur les réseaux sociaux. Ils expliquent cet écart par des interactions sociales plus nombreuses et variées dans les grandes villes. L’isolement social augmente le risque de dépression, tandis qu’un plus grand nombre d’interactions peut entraîner « une plus grande stimulation », selon l’étude. Ses auteurs espèrent que des recherches plus précises au sein des territoires permettront aux responsables de santé publique de mieux répartir les ressources en matière de santé mentale.