18 août 2021

Tout s’explique

Des offres d’accueil pour les Afghans fuyant les talibans

Quels pays se sont engagés à accueillir des Afghans ?

Plusieurs gouvernements étrangers se sont déclarés prêts à accueillir des Afghans après le retour au pouvoir, dimanche, des talibans, des fondamentalistes islamistes qui avaient déjà dirigé l’Afghanistan entre 1996 et 2001. Le ministère de l’Intérieur du Royaume-Uni a annoncé aujourd’hui un plan d’accueil de 20 000 personnes au total, dont 5 000 la première année. « La priorité sera accordée aux femmes et aux filles, ainsi qu’aux minorités religieuses et autres minorités », a-t-il précisé. Le gouvernement canadien avait annoncé vendredi un programme de réinstallation pour 20 000 Afghans « vulnérables ». En France, plusieurs maires socialistes et écologistes ont affirmé hier leur volonté d’accueillir des Afghans dans leur ville, comme à Lyon, Strasbourg et Marseille. La veille, Emmanuel Macron s’était engagé à aider les « défenseurs des droits, artistes, journalistes, militants » afghans avant d’affirmer que « nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants ».

Comment réagissent les « pays de transit » ?

Le Kosovo et l’Albanie se sont dits prêts dimanche à être des « pays de transit » pour des Afghans en attente de l’obtention de leur visa pour rejoindre les États-Unis. Le gouvernement turc, qui a conclu un accord avec l’Union européenne en 2016 pour accueillir des migrants sur son sol en échange d’une aide financière, a depuis durci sa politique migratoire. Le pays a fini de construire en 2018 un mur à la frontière avec la Syrie et a commencé à en construire un autre à la frontière avec l’Iran. La chancelière allemande, Angela Merkel, a estimé hier que des solutions régionales devaient d’abord être trouvées pour l’accueil d’Afghans avant que certains puissent venir en Europe « de manière contrôlée ». Dans un communiqué publié hier, le Conseil européen, qui réunit les dirigeants des États membres de l’Union européenne, a déclaré que l’UE aiderait « les pays voisins de l’Afghanistan à faire face aux retombées négatives qui devraient résulter d’un flux croissant de réfugiés et de migrants ».

Combien de réfugiés afghans y a-t-il dans le monde ?

2,6 millions d’Afghans avaient le statut de réfugié fin 2020, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Il s’agit de la troisième nationalité la plus représentée parmi les réfugiés et déplacés dans le monde, derrière les Syriens et les Vénézuéliens. Un réfugié est une personne ayant obtenu une réponse positive à une demande d’asile, c’est-à-dire de protection internationale, en raison des persécutions qu’elle subissait ou dont elle était menacée. Les réfugiés afghans se trouvent principalement au Pakistan (1,4 million de personnes, selon le HCR) et en Iran (780 000 personnes, selon le HCR), deux pays voisins de l’Afghanistan. En 2019, l’Afghanistan était le premier pays de provenance des demandeurs d’asile en France et le pays d’origine le plus représenté parmi les nouveaux détenteurs de titres humanitaires (4 926 titres octroyés à des Afghans en 2019), principalement des titres de réfugiés, selon le ministère de l’Intérieur.

POUR ALLER PLUS LOIN