23 août 2021

Tout s’explique

Le protocole sanitaire contre le Covid-19 à l’école détaillé

Qu’a annoncé Jean-Michel Blanquer sur le protocole sanitaire à l’école ?

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé hier dans le JDD qu’« il n’y aura pas de pass sanitaire » pour les élèves et les enseignants dans les établissements scolaires à la rentrée, le 2 septembre. Le pass sanitaire sera exigé pour certaines sorties scolaires dans des établissements où se trouve du public, comme les musées. Le protocole sanitaire prévoit quatre niveaux de mesures [voir l’infographie]. Celui de niveau 2 est retenu pour cette rentrée : il implique à l’école primaire, au collège et au lycée que les cours aient lieu en établissement et que le port du masque soit obligatoire en intérieur. À l’école primaire, un cas de contamination au Covid-19 entraînera la fermeture de la classe et la poursuite des cours à distance, tandis qu’au collège et au lycée, seuls les élèves cas contacts non vaccinés poursuivront les cours à distance pendant sept jours. Des centres de vaccination seront mis en place à proximité ou au sein des établissements, a également annoncé Jean-Michel Blanquer.

Quel est le niveau de circulation de l’épidémie chez les enfants ?

Le taux d’incidence (soit le nombre de cas pour 100 000 habitants) était en forte augmentation chez les 0-9 ans et les 10-19 ans au 18 août par rapport au mois précédent, selon le dernier bilan publié jeudi par Santé publique France, un organisme public dépendant du ministère de la Santé. L’épidémiologiste Arnaud Fontanet a estimé ce matin sur France Inter que les enfants représenteront « la moitié des nouvelles infections » cet automne, du fait du variant Delta plus contagieux et parce qu’il s’agit d’une « population beaucoup plus à risque puisque c’est la seule non vaccinée ». La vaccination contre le Covid-19 a été ouverte le 15 juin aux mineurs de 12-17 ans. Ils représentent la tranche d’âge la moins vaccinée en France : 32,4 % d’entre eux l’étaient complètement au 19 août, selon Santé publique France. Les enfants sont toutefois moins touchés par des formes graves de la maladie.

En quoi consistent les capteurs de CO2 ?

Jean-Michel Blanquer a affirmé hier dans le JDD vouloir « généraliser » l’installation de capteurs de CO2 dans les salles de classe afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19. Ces petits boîtiers permettent de mesurer le taux de concentration de dioxyde de carbone, un gaz rejeté par l’être humain en respirant. S’ils ne détectent pas la présence du virus à l’origine du Covid-19, ils sont un indicateur de la bonne ou mauvaise ventilation d’une pièce. « Mieux la pièce est ventilée et moins le risque d’infection par le Covid-19 est grand », résumait un article du Journal du CNRS, un organisme public de recherche, sur le sujet en avril. Plusieurs établissements scolaires se sont équipés en capteurs de CO2 ces derniers mois, mais il revient aux collectivités locales, qui ont la charge des écoles, des collèges ou des lycées, de les financer. Le protocole sanitaire à l’école pour la rentrée prévoit une aération fréquente des locaux.

POUR ALLER PLUS LOIN

Le détail du protocole sanitaire à l’école sur le site du ministère.

L’article du Journal du CNRS sur l’aération face au Covid-19.