• IrakEn déplacement en Irak, Emmanuel Macron a déclaré hier soir sur TF1 que la France ne retirerait pas ses troupes du pays et qu’elle les maintiendrait « tant que les terroristes seront présents ». Les dirigeants des États-Unis et de l’Irak se sont entendus en juillet pour que l’armée américaine maintienne en Irak des missions de formation, de conseil et de partage de renseignements, mais qu’il n’y ait plus de troupes américaines dans un rôle combattant à partir du 31 décembre.

  • Violences conjugalesLa ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Élisabeth Moreno, a annoncé aujourd’hui que le 3919, le numéro d’appel d’urgence pour les victimes de violences conjugales, était désormais ouvert sept jours sur sept et 24 heures sur 24. Les répondants de la plateforme sont chargés de fournir des informations aux personnes qui appellent et de les orienter vers des dispositifs d’accompagnement et de prise en charge.

    Lire notre article de mai sur la lutte contre les violences conjugales en France.
  • CirculationLa circulation est limitée depuis ce matin à 30 km/h dans la quasi-totalité des rues de Paris. La maire de Paris, Anne Hidalgo, avait justifié cette mesure en juillet en affirmant qu’elle permettrait d’améliorer la sécurité routière et la qualité de l’air. Plusieurs villes françaises, comme Lille et Montpellier, ont adopté une mesure similaire.

  • Pass sanitaireLes manifestations organisées samedi contre le pass sanitaire pour le septième week-end consécutif ont rassemblé près de 160 000 personnes selon le ministère de l’Intérieur et un peu plus du double selon le Nombre jaune, une page Facebook animée par des participants au mouvement des « Gilets jaunes ». Les deux sources constatent une baisse de la mobilisation depuis trois semaines.

    Consulter nos graphiques sur l’avancement de la vaccination en France.
  • YémenDes frappes de drone et des tirs de missiles visant une base aérienne du sud-ouest du Yémen ont tué plus de 30 combattants progouvernementaux et fait une cinquantaine de blessés hier, selon un porte-parole des forces armées loyalistes du Yémen. Il a accusé les rebelles houthis d’être responsables de l’attaque. Houthis et forces loyalistes, soutenues par une coalition dirigée par l’Arabie saoudite, s’affrontent dans le pays depuis 2014.

    Lire notre dossier de 2018 sur la guerre au Yémen.