1er septembre 2021

Tout s’explique

Les catastrophes naturelles multipliées par cinq en 50 ans

Que dit le rapport de l’ONU ?

Le nombre de catastrophes naturelles a été multiplié par cinq au cours des cinq dernières décennies, « sous l’effet du changement climatique et de la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes », selon un rapport publié hier soir par l’Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence de l’ONU. Entre 1970 et 2019, une catastrophe naturelle a été enregistrée chaque jour en moyenne dans le monde. L’agence estime que ces événements ont fait plus de 2 millions de morts au total, presque tous dans des pays en développement. Les catastrophes les plus meurtrières ont été des sécheresses et des tempêtes. Le nombre de décès par décennie a toutefois été divisé par 2,5 en 50 ans « grâce à une amélioration des systèmes d’alerte précoce et de la gestion des catastrophes », note l’OMM. En revanche, les pertes économiques liées à ces catastrophes ont été multipliées par sept entre 1970 et 2019, ajoute-t-elle.

Que sait-on de l’impact du changement climatique sur les catastrophes météorologiques ?

Le nombre de phénomènes naturels extrêmes, qu’ils soient météorologiques (tempêtes, températures extrêmes), climatiques (sécheresse, feux de forêt) ou hydrologiques (inondations, glissements de terrain), « deviendra plus fréquent et plus grave dans de nombreuses parties du monde du fait du changement climatique », a affirmé Petteri Taalas, le secrétaire général de l’OMM. Le rapport de l’organisation se base sur plusieurs études scientifiques pour pointer l’impact de l’activité humaine sur la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes, dont de grandes canicules depuis 2015 et des épisodes de précipitations. Chaque demi-degré de réchauffement climatique « entraîne une augmentation clairement perceptible » de l’intensité et de la fréquence des vagues de chaleur extrême et des fortes précipitations, ainsi que des sécheresses dans certaines régions du monde, abonde un rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec), mis en place par l’ONU, publié en août.

Combien y a-t-il de déplacés climatiques dans le monde ?

Le nombre de personnes touchées par les catastrophes climatiques augmente « en raison de la croissance démographique dans les zones à risque et de l’intensité et de la fréquence croissantes des phénomènes météorologiques extrêmes », a averti hier Mami Mizutori, qui dirige le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes, en réaction à la publication du rapport de l’OMM. 31 millions de personnes ont été déplacées à cause de catastrophes climatiques en 2020, a-t-elle précisé sur la BBC. En 2018, elles étaient 17,2 millions, selon le Centre de surveillance des déplacements internes. Cet organisme international indépendant recense depuis 2008 un total de près de 319 millions de déplacements liés à une catastrophe climatique. Il n’existe pas à ce jour de définition légale ni de statut juridique propre aux déplacés climatiques au niveau international.

POUR ALLER PLUS LOIN

Un article de Brief.eco sur le coût des catastrophes naturelles.

Des infographies sur les catastrophes naturelles de ces 50 dernières années [en anglais].