3 septembre 2021

Tout s’explique

La Pologne instaure l’état d’urgence à sa frontière avec la Biélorussie

Que se passe-t-il aux frontières européennes de la Biélorussie ?

Le président de la Pologne, Andrzej Duda, a signé hier soir un décret instaurant l’état d’urgence le long de la frontière avec la Biélorussie [voir la carte]. D’une durée de 30 jours, l’état d’urgence, qui comporte plusieurs restrictions, dont la suspension du droit de rassemblement public, vise à « protéger les frontières de la Pologne et de l’UE », a affirmé le porte-parole de la présidence. En août, 3 000 migrants ont tenté d’entrer illégalement en Pologne depuis la Biélorussie, a rapporté ce matin le Premier ministre polonais, tandis que la Lituanie a vu ces derniers mois l’arrivée de plusieurs milliers de migrants illégaux sur son territoire depuis la Biélorussie. Il a affirmé ce matin que « 10 000 citoyens irakiens ont été amenés » intentionnellement en Biolérussie ces dernières semaines. Le 23 août, les Premiers ministres lituanien, letton, estonien et polonais avaient accusé le régime biélorusse d’utiliser les migrants pour « déstabiliser les pays voisins ».

Quelles sont les raisons des tensions entre l’UE et la Biélorussie ?

Cette crise migratoire est « une réponse d’un État inamical aux sanctions de l’UE », a estimé la ministre lituanienne de l’Intérieur le 14 juillet. Depuis la réélection du président biélorusse Alexandre Loukachenko en août 2020, considérée comme « ni libre ni régulière » par l’UE, cette dernière a pris quatre séries de sanctions à l’encontre de personnalités et d’entités biélorusses. Les plus récentes ont été prises fin juin après l’atterrissage forcé en mai d’un avion qui traversait l’espace aérien biélorusse et à bord duquel se trouvait un journaliste et militant opposé au régime qui a été arrêté. Depuis la réélection il y a un an d’Alexandre Loukachenko, « on se trouve maintenant dans un pays où la répression s’exerce à l’égard de tout ce qui est potentiellement non étatique », analysait Anna Colin Lebedev, maîtresse de conférences spécialiste des pays d’ex-URSS, début août sur TV5 Monde.

À quel point l’arrivée de migrants vers l’Europe de l’Est a-t-elle augmenté ?

De janvier à juillet, environ 3 700 personnes, en grande partie originaires d’Irak, du Congo et du Cameroun, sont entrées illégalement en Lituanie depuis la Biélorussie, a annoncé le 12 août l’agence européenne Frontex, chargée de la gestion des frontières extérieures de l’espace Schengen, qui regroupe 26 États européens. Entre 2017 et 2020, les gardes-frontières lituaniens déclarent avoir arrêté quelques dizaines de personnes par an. Les gardes-frontières polonais ont annoncé le 9 août avoir arrêté 871 personnes entrées illégalement dans le pays en provenance de Biélorussie depuis le début de l’année, soit sept fois plus que sur toute l’année 2020. Les arrivées illégales en provenance de Biélorussie restent bien inférieures aux arrivées de migrants enregistrées depuis le début de l’année en Italie et en Espagne. L’Organisation internationale pour les migrations, un organisme de l’ONU, en a comptabilisé plus de 69 000 de janvier à août.

POUR ALLER PLUS LOIN

L’interview d’Anna Colin Lebedev sur la situation en Biélorussie sur TV5 Monde.