9 septembre 2021

Tout s’explique

La contraception bientôt gratuite pour les femmes de 18 à 25 ans

Qu’a annoncé Olivier Véran ?

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé ce matin que la contraception serait gratuite pour les femmes de 18 à 25 ans à partir du 1er janvier. Cette gratuité concerne les consultations, des examens de biologie médicale et des contraceptifs (certaines pilules, les dispositifs intra-utérins, les implants, les diaphragmes). Les frais seront pris en charge par l’Assurance maladie, comme elle le fait déjà depuis 2013 pour les mineures de plus de 15 ans et depuis 2020 pour les mineures de moins de 15 ans. Pour les majeures, seuls certains contraceptifs délivrés sur ordonnance sont pour l’instant remboursés à 65 % par l’Assurance maladie. Selon Olivier Véran, « il y a un recul de la contraception chez un certain nombre de jeunes femmes », principalement « parce que ça leur coûte trop cher dans leur budget ». Cet élargissement de la gratuité représente un coût de 21 millions d’euros par an, selon le ministre.

Comment évoluent la contraception et les IVG en France ?

Depuis sa légalisation en 1967, la contraception progresse en France. Alors que 13,6 % des femmes âgées de 15 à 49 ans n’utilisaient aucun moyen de contraception en 2010, elles n’étaient plus que 8 % en 2016, selon une étude publiée en 2017 par Santé publique France, un organisme public dépendant du ministère de la Santé. L’augmentation de l’accès à la contraception n’empêche toutefois pas la persistance de grossesses non désirées. Le taux de recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) suit d’ailleurs une tendance à la hausse depuis 1995 chez les 15-49 ans, selon une étude publiée en 2020 par la Drees, la direction des études du ministère de la Santé. Il a atteint en 2019 son plus haut niveau depuis 1990 avec 15,6 IVG pour 1 000 femmes en métropole et 28,2 dans les départements et régions d’outre-mer. D’après cette étude, le taux de recours à l’IVG est le plus élevé chez les 25-29 ans, devant les 20-24 ans puis les 30-34 ans. L’étude démontre que les femmes les plus précaires recourent davantage à l’IVG que les plus aisées.

Quel accès à la contraception ont les femmes dans le monde ?

En 2019, sur 1,9 milliard de femmes âgées de 15 à 49 ans vivant dans le monde, environ 44 % utilisaient une méthode de contraception, selon une étude publiée en 2020 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une agence de l’ONU. L’accès à la contraception a augmenté dans toutes les régions du monde depuis 2000, précisait l’OMS, notant toutefois que 270 millions de femmes n’avaient pas accès à la contraception dont elles avaient besoin. La pandémie de Covid-19 a freiné l’accès à la contraception : 12 millions de femmes vivant dans les pays à faible et moyen revenu ont connu depuis mars 2020 une interruption de leur contraception, en raison des « restrictions de déplacement », des « problèmes dans les chaînes d’approvisionnement », des « ruptures de stock » et de « la surcharge des structures de santé », selon le Fonds des Nations unies pour la population. Il estime que cette situation a « provoqué environ 1,4 million de grossesses non planifiées ».

POUR ALLER PLUS LOIN

Les différents moyens de contraception présentés par Santé publique France.

La fiche de l’Assurance maladie sur le remboursement des contraceptifs.