13 septembre 2021

Tout s’explique

La campagne des élections législatives en Allemagne

Qui sont les principaux candidats à la chancellerie ?

Les trois principaux candidats au poste de chancelier, le chef du gouvernement de l’Allemagne, ont participé hier soir à un deuxième débat télévisé, à deux semaines des élections législatives. Ce débat opposait la candidate des Verts, Annalena Baerbock, le candidat des partis conservateurs CDU-CSU, Armin Laschet, soutenu par l’actuelle chancelière, Angela Merkel, et celui du parti social-démocrate SPD, Olaf Scholz, actuel vice-chancelier et ministre des Finances. Le parti de ce dernier est crédité d’une avance de plusieurs points sur les deux autres dans les sondages réalisés depuis fin août. Durant le débat, Armin Laschet a tenté de discréditer son adversaire Olaf Scholz en évoquant le scénario d’une coalition avec la gauche radicale s’il est élu. Il a également évoqué une enquête en cours pour des soupçons d’entrave à la justice au sein des services gérés par le ministère des Finances.

Quels sont les principaux sujets de débat de la campagne électorale ?

La question de la lutte contre le réchauffement climatique occupe une place importante dans les débats, dans un contexte où l’Allemagne a connu de graves inondations en juillet et où le gouvernement d’Angela Merkel s’est fixé pour objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2045. La représentante des Verts, Annalena Baerbock, appelle à y parvenir avant 2030. D’autres sujets sont au centre de la campagne, comme la question de l’équilibre budgétaire, le déficit public ayant atteint, en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, 4,7 % du PIB (la production totale au sein d’un pays) au premier semestre 2021, le plus haut niveau depuis le premier semestre 1995, selon l’institut allemand de statistiques. Le conservateur Armin Laschet a déclaré en juillet qu’il n’y avait « pas d’argent » pour des réductions d’impôts pour le moment, mais s’est dit opposé à une augmentation de la fiscalité, tandis que ses adversaires Annalena Baerbock et Olaf Scholz souhaitent la création d’un impôt sur la fortune.

Comment fonctionne le système électoral allemand ?

Les membres du Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, sont élus tous les quatre ans. Au moins 598 députés y siègent, élus via deux types de scrutin. La première moitié des membres est élue par un scrutin uninominal majoritaire à un tour : les électeurs votent pour un candidat au sein de leur circonscription. Ils votent également via un scrutin proportionnel de liste pour la liste d’un parti au niveau du Land (État-région) afin d’élire l’autre moitié des parlementaires. Ces sièges sont répartis entre les partis ayant obtenu au moins 5 % des voix. Un système de rééquilibrage du poids des partis en fonction de leur score peut conduire à ce que le Bundestag comporte un nombre de sièges supérieur à 598. Il est souvent difficile pour un parti d’obtenir la majorité absolue, ce qui l’oblige à former une coalition. C’est le Bundestag qui élit, sur proposition du président allemand et à la majorité absolue, le chancelier fédéral.

POUR ALLER PLUS LOIN

Une présentation des candidats à la chancellerie sur le site d’Ouest-France.

Une vidéo de la Fondation Heinrich-Böll de 2017 détaillant le mode de scrutin.