14 septembre 2021

Tout s’explique

Emmanuel Macron annonce des réformes pour les forces de l’ordre

Qu’a annoncé Emmanuel Macron ?

Emmanuel Macron a présenté aujourd’hui une série de mesures en clôture du Beauvau de la sécurité, une concertation nationale qui s’était tenue ces derniers mois avec des représentants et syndicats des forces de l’ordre. Le chef de l’État a annoncé la création d’une instance parlementaire de contrôle des forces de l’ordre, qui évaluera leur action, afin de « tendre à l’irréprochabilité ». Pour améliorer la prise en charge des victimes, Emmanuel Macron a souhaité que les dépôts de plainte puissent se faire en ligne dès 2023. Le président a également fixé comme objectif de « doubler sous 10 ans la présence de policiers et de gendarmes sur la voie publique » et de décharger les policiers des tâches administratives. S’agissant de la formation des forces de l’ordre, Emmanuel Macron a estimé qu’elle n’était « pas assez longue et qualifiante » et a confirmé l’annonce faite en avril par le ministre de l’Intérieur d’une augmentation de quatre mois du temps de formation initiale des gardiens de la paix (membres de la Police nationale).

En quoi a consisté le Beauvau de la sécurité ?

Emmanuel Macron avait annoncé la tenue du Beauvau de la sécurité en décembre pour « améliorer les conditions d’exercice » des forces de l’ordre et « consolider » leurs liens avec les Français. « Il y a des violences policières », avait reconnu le président quelques jours plus tôt sur le média en ligne Brut après la révélation par plusieurs médias de faits de violences commises par des policiers, dont l’un à l’encontre d’un producteur de musique noir. Le Beauvau de la sécurité, qui a débuté en février, a réuni des représentants des forces de l’ordre, des élus et des « personnalités qualifiées » autour de plusieurs thématiques, dont la relation police-population, l’encadrement et la formation. « Certaines tables rondes ont libéré la parole », a affirmé le secrétaire général du Syndicat des commissaires de la Police nationale, David Le Bars, à 20 Minutes hier. Dans une tribune publiée en juillet, les présidents de plusieurs associations, dont la Ligue des droits de l’homme et SOS Racisme, ont déploré l’absence de « toute velléité d’aborder les violences policières, les comportements racistes et discriminatoires des forces de l’ordre ».

Comment sont formés les policiers ?

Depuis juin 2020, les gardiens de la paix sont formés pendant huit mois dans l’une des écoles nationales de police puis pendant 16 mois en stage en commissariat, contre 12 mois d’école et 12 mois de stage auparavant. Cette réforme a été lancée en 2016 pour accélérer l’arrivée de recrues sur le terrain dans le contexte des attentats djihadistes. Dans la police, la moyenne annuelle des recrutements, tous corps confondus, s’établit à 8 314 sur la période 2013-2020, contre 4 779 pour la période 2010-2012, selon un rapport du Sénat publié en novembre 2019. « Le maintien, à moyen terme, d’objectifs élevés de recrutement pose, pour les forces de sécurité, un enjeu majeur en termes de sélectivité et de qualité du recrutement », estimait le rapport. Le sociologue Sebastian Roché a souligné en novembre sur LCI que la réduction du temps de formation initiale a été faite au détriment d’une « formation éthique des agents ».

POUR ALLER PLUS LOIN

Les tables rondes du Beauvau de la sécurité sur le site du ministère de l’Intérieur.

Notre dossier de novembre 2020 sur le contrôle des interventions de la police.

Une enquête de Franceinfo sur les lacunes de la formation des policiers.