16 septembre 2021

Tout s’explique

L’Australie annule une commande de sous-marins à la France

Qu’a annoncé l’Australie ?

Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a annoncé hier soir que son pays allait construire une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire en collaboration avec les États-Unis et le Royaume-Uni. Cette décision découle du lancement d’Aukus, un partenariat militaire dans la zone indo-pacifique que les trois pays ont conclu entre eux et qu’ils ont révélé hier. Scott Morrison a confirmé aujourd’hui que cette décision mettait fin à la commande de 12 sous-marins à propulsion diesel-électrique auprès du groupe industriel français Naval Group (ex-DCNS). Il a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un « changement d’avis », mais d’un « changement de besoin ». L’accord de coopération conclu en 2016 entre l’Australie et la France s’élevait à 50 milliards de dollars australiens, alors équivalent de 34,5 milliards d’euros. Son coût a été réévalué à plus de 80 milliards de dollars australiens (près de 50 milliards d’euros) par le Bureau national australien d’audit en 2020.

Quelles sont les conséquences pour la France ?

Sur Franceinfo ce matin, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a qualifié l’attitude australienne de « coup dans le dos ». Mais il s’est surtout dit « préoccupé » par le comportement des États-Unis, estimant que la « décision unilatérale, brutale, imprévisible » prise par le président américain, Joe Biden, de lancer cette alliance ressemblait « beaucoup à ce que faisait Monsieur Trump ». La commission des Affaires étrangères du Sénat a déclaré qu’il convenait d’évaluer « la nature exacte de la relation actuelle » entre la France et les États-Unis, soulignant que cet événement survenait « après le retrait américain d’Afghanistan décidé et organisé sans aucune concertation avec les alliés de l’Otan ». Joe Biden a quant à lui assuré que son pays souhaitait « travailler étroitement avec la France » dans la zone indo-pacifique. Selon la commission du Sénat, l’annulation du contrat entraîne par ailleurs « la perte de centaines d’emplois » en France.

Comment évoluent les relations des pays de la région indo-pacifique ?

L’accord Aukus « nuit gravement à la paix et à la stabilité régionales », a déclaré ce matin un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Les tensions se sont accrues ces derniers mois entre la Chine et l’Australie. L’Australie a été le premier pays, dès avril 2020, à demander une enquête indépendante pour déterminer l’origine de l’épidémie de Covid-19, suscitant des réactions hostiles du gouvernement chinois. Ce dernier a imposé en novembre 2020 des taxes douanières à certains produits australiens, dont le vin. La nouvelle coopération militaire annoncée par l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni « devrait être accueillie positivement, du moins en privé » par l’Inde, la Corée du Sud et le Japon, alors même que s’accroissent leurs « préoccupations à l’égard de la Chine », analysent trois chercheurs du Centre d’études des États-Unis de l’Université de Sydney dans un article publié aujourd’hui.

POUR ALLER PLUS LOIN

Une émission de mai d’Arte sur les jeux d’influence en Océanie.