24 septembre 2021

Ça alors

Un don pour la recherche sur les commotions cérébrales au rugby

Vainqueur de la Coupe du monde masculine de rugby à XV en 2003 avec l’équipe anglaise, l’ancien joueur Steve Thompson a annoncé hier à la BBC qu’il allait léguer son cerveau à la science à sa mort, afin de permettre des recherches pour prévenir les risques de commotions cérébrales dans son sport. Les commotions cérébrales sont des lésions invisibles qui peuvent se produire lors d’un choc et conduire à des troubles neurologiques ou à des pertes de connaissance. L’an dernier, à 42 ans, Steve Thompson a reçu un diagnostic de démence précoce. Poursuivie en justice par Steve Thompson et une centaine d’autres joueurs, la fédération internationale de rugby a publié mercredi de nouvelles directives limitant les entraînements avec contact à 15 minutes par semaine. 50 % des joueurs de rugby de haut niveau présentent une modification « anormale » de leur volume cérébral en raison d’impacts reçus à la tête, a révélé une étude britannique publiée l’an dernier.